Navigation – Plan du site

Le deuil de la fraternité dans les Mémoires (Quelques notices…) de Louvet (1795)

Laurence Mall
p. 25-34

Résumés

La fraternité est un sentiment politique crucial pendant la Révolution. D’abord enthousiaste et inclusive, sous la Terreur elle se transforme en un instrument d’exclusion, de coercition et parfois même de meurtre. Dans ses Mémoires, Louvet, l’un des Girondins proscrits par la Convention en juin 1793, dans le récit dramatique et sentimental de son année de fuite à travers la France, place au premier plan une menace constante de délation et de trahison, à la fois cause et symptôme du climat de peur où tous sont plongés. On soutient ici que dans ce récit un certain deuil est fait de la fraternité révolutionnaire : la crainte généralisée l’a inversée en son contraire, et Louvet suggère que d’authentiques liens affectifs ne peuvent être forgés sans liberté politique.

Haut de page

Texte intégral

1Le 5 mars 1795 paraît un avis dans un journal thermidorien, la Gazette française :

  • 1  Cité par Alphonse Aulard, « La devise “Liberté, égalité, fraternité” », dans Études et leçons sur (...)

Dans un de nos derniers numéros, nous avons invité les citoyens à effacer du frontispice de leurs maisons cette inscription dictée par la terreur : la Fraternité ou la Mort. […] Il est à croire que […] le mot de fraternité, réduit à sa véritable application, ne sera plus un sujet d’effroi pour l’homme vertueux et pour le paisible voyageur1.

  • 2  Pierre Vergniaud, Discours du 9 novembre 1792 à la Convention, cité par Alphonse Aulard dans Les G (...)
  • 3  « Jacobins yearned for togetherness. With universalist goals and the rhetoric of truthful friendsh (...)
  • 4  On renvoie ici à l’étude très approfondie de Marcel David, Fraternité et Révolution française, 178 (...)
  • 5  Mona Ozouf, article « Fraternité », dans Dictionnaire critique de la Révolution française, éd. Fra (...)
  • 6  Rapport de Barère du 16 juillet 1794, « Sur la suppression des repas civiques et des fêtes section (...)

2La première fraternité avait été euphorique, comme l’orateur girondin Vergniaud le souligne : « Rappelez-vous la fédération de 1790. […] Je le jure, au nom de la fraternité universelle que vous allez établir, chacun de vos combats sera un pas de fait vers la paix, l’humanité et le bonheur des peuples2. » Mais dès l’insurrection du 10 août 1792 et à partir de 1793 la notion subit une transformation. D’un côté les Jacobins si soucieux de l’unité nationale et de l’égalité sociale y voient l’instrument d’une « dé-hiérarchisation3 ». De l’autre, elle subit une inflexion proche de l’inversion lorsqu’elle se fond dans la violence sous la Terreur, ce qu’illustre la fameuse formule « la fraternité ou la mort », quelle que soit l’étendue de son usage et ses interprétations4. Une puissante dichotomie s’instaure entre les frères et les autres, tous ennemis à abattre, pour produire ce que Mona Ozouf a nommé une « fraternité verrouillée5 ». Alors que « le mot touchant de fraternité a séduit les citoyens », Barère déplore que certains ne comprennent pas que « la fraternité doit être concentrée pendant la révolution entre les patriotes qu’un intérêt commun réunit6 ». De tout inclusif, le concept est devenu exclusif, et la fraternité se fait fratricide.

  • 7  Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, éd. Jean-Claude Bonnet, Paris, Le Mercure de France, 19 (...)

3Les Mémoires de Jean-Baptiste Louvet, Quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis le 31 mai 1793, rédigés avant Thermidor et parus en 1795, couvrent la période du 31 mai 1793 au 22 juillet 1794. Louvet est l’un des leaders girondins expulsés de la Convention le 2 juin 1793 et l’un de ceux qui ont choisi la résistance, puis la fuite. Dans la perspective présente, l’intérêt de ce texte est qu’il donne à voir de façon exemplaire comment un révolutionnaire de la première heure et un républicain passionné a pu (et dû) faire l’épreuve d’une fraternité terrorisée, c’est-à-dire inversée en son contraire maléfique. En représentant les ­métamorphoses des liens sociaux, amicaux et familiaux sous la Terreur et leurs nouveaux enjeux, Louvet cherche à comprendre et figurer la douleur d’une perte, celle d’un sentiment d’abord exaltant, lumineux, immense, bientôt dégradé en comportements mesquins, apeurés chez certains, meurtriers chez d’autres. Il pose à sa façon la lancinante question que Mercier formule ainsi de son côté, empruntant un vers de Racine : « Comment en un plomb vil, l’or pur s’est-il changé7 ? »

  • 8  Valérie van Crugten-André, Les Mémoires de Jean-Baptiste Louvet ou la tentation du roman, Paris, H (...)
  • 9  Michel Vovelle, « Jean-Baptiste Louvet : la vérité dans le fantasme », préface à Jean-Baptiste Lou (...)

4Le cœur des Mémoires de Louvet, c’est la chronique de sa proscription, soit de sa fuite en province avec son groupe fluctuant d’amis qui traversent la France de cachette en cachette. Valérie van Crugten-André a finement mis en valeur le « romancement » d’un texte qui s’accorde à la fiction romanesque de l’époque dans certains de ses schémas et tonalités8. Je considère plutôt ici le rythme affectif des aventures narrées, fait des rencontres avec des êtres dont la disposition personnelle règle le sort des proscrits. La survie quotidienne dépend directement du type de relations créées avec autrui. Dévouement ou trahison, confiance ou suspicion, sympathie ou haine – tous les rapports humains sont soumis à des affects agissant eux-mêmes dans un cadre historique intensément politisé. C’est qu’à tout moment s’y jouent des rapports de pouvoir dotés d’un enjeu extraordinaire : la vie ou la mort. Rappelons que très peu des Girondins proscrits survécurent jusqu’à Thermidor. Picaresque donc, sans doute, mais tragique, comme le rappelle opportunément M. Vovelle9. Sur des dizaines de pages, on voit le narrateur et ses camarades aller obscurs dans les campagnes solitaires à la merci de leurs guides, agoniser de froid ou de chaud, de faim ou d’anxiété sous la paille d’un grenier chez un fermier réticent, supplier des villageois de leur offrir « eau et feu », éviter les regards soupçonneux des aubergistes, des inconnus, des compagnons de voyage, etc. On va ici évoquer la nature des liens établis, impossibles ou rompus tout au long des Mémoires, car c’est en eux que se donne à penser ce qu’est la fraternité, et surtout ce qu’elle n’est pas, ou plus.

« Doux liens »

5Il existe bien quelques élans rappelant la grande fraternité d’autrefois (sur la route « Un vint me frapper sur l’épaule : Bravo ! Bravo ! Nous sommes frères », p. 89), mais ils surgissent dans un contexte de malheur. Barbaroux évoque cette fraternité tragique lorsqu’il s’écrie : « […] je n’abandonne point les compagnons de mes travaux et de ma gloire ! […] Restons tous, mourons ensemble ! » (p. 122). Le lien dominant entre les proscrits, c’est une amitié décidément personnelle, individuelle, amitié de cœur même si ses origines sont politiques, enracinée qu’elle est dans l’ancienne solidarité girondine. « Les communs dangers de ce voyage avaient resserré entre nous les doux liens d’une amitié sainte » (p. 99). Louvet prend soin de relever les traits de tempérament de chacun, montrant par exemple comment un discours affectueux et compatissant de Barbaroux redonne courage à la petite bande épuisée : « Cela fortifia tout le monde ; personne ne sent plus ses blessures ; on se relève, on s’embrasse, on rit, on avance » (p. 93). Les Mémoires par ailleurs abondent en rencontres avec des hommes et femmes socialement ordinaires mais extraordinairement courageux et bons : un garde national (« j’avais affaire à l’un des mortels les plus généreux et les plus extraordinaires dont cette terre puisse se glorifier », p. 105) ; un curé local (« un de ces hommes rares », p. 125) ; un charretier (« ce digne ami », p. 156, avec son « air sensible que le méchant n’aura jamais », p. 152) ; « une femme compatissante, généreuse, intrépide » (p. 130). « Ce sont des femmes », note Louvet, « qui nous ont prodigué les soins les plus touchants, et tous ces courageux secours qu’une compassion généreuse ne sait point refuser au malheur non mérité » (p. 73).

  • 10  On peut lire à ce sujet Jacques André, La Révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien soc (...)

6Face à la masculinité hypertrophiée des Montagnards10, Louvet met l’accent non seulement sur la compassion féminine (sans surprise), mais aussi sur la douceur de ses amis dans leur vie privée, en en faisant un indice crucial de l’excellence morale. Tel bon voiturier est « attentif et doux avec ses domestiques ; si bon avec son enfant ! Si tendre avec sa femme ! Oh ! Quand je l’eus vu dans sa vie privée, combien je m’enorgueillis d’avoir conquis son amitié ! » (p. 106). Lorsque le narrateur et ses compagnons songent un moment au suicide, l’un d’eux s’écrie : « Barbaroux, il te reste encore une mère ; et toi, Louvet, Lodoïska [sa femme] t’attend », provoquant une « révolution » psychique et un attendrissement qui les sauvent du désespoir (p. 126). Dans la veine rousseauiste, une vie privée harmonieuse (l’affection familiale, l’intimité conjugale) est la fondation d’une vie civique saine. Le lien amoureux est particulièrement décisif : « ils avaient de dignes compagnes, qu’ils rendaient heureuses, et dont ils étaient adorés, presque tous ces républicains » (p. 184). En contraste attendu, « J’avais vu les hommes en masse dans leur vie publique, et je les avais détestés ; j’eus lieu de les trop bien connaître en détail dans leur vie privée, et le mépris suivit la haine » (p. 73).

  • 11  La formule est de Valérie van Crugten-André, op. cit., p. 240.
  • 12  William M. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, U (...)

7« L’imprégnation du texte par le genre sensible11 » laisse certes prévoir larmes et diverses manifestations de l’émotion (« […] mon brave ami me serra, m’embrassa, pleura même. Moi aussi je pleurais ; mais qu’elles sont douces, les larmes de la reconnaissance », p. 157). Mais qu’on n’y voie pas l’inscription mécanique de clichés d’époque. L’expression d’une véritable tendresse masculine vise partout à souligner une vulnérabilité commune, un pragmatisme attentionné, une sollicitude personnelle très éloignés des postures héroïques qui, bien qu’atténuées, peuvent aussi, parfois, se conjuguer avec elle. Le charretier bienfaisant offre spontanément au narrateur « une paire de gants de laine et un bonnet de coton » (p. 157), dans la liberté d’un cœur bon. Les besoins élémentaires à satisfaire (manger, boire, se vêtir, dormir) situent ces relations en deçà du politique. D’autre part, l’amitié témoigne d’une volonté individuelle et d’une sympathie particulière au-delà du politique. À la nouvelle de la mort de Mme Roland, Louvet remarque que sa femme « venait de perdre l’amie de son choix, son intime et digne amie » (p. 163), soulignant l’affinité élective avant le rôle public. Les liens affectifs nés de l’humanité (au sens moral) librement exercée constituent le socle littéralement vital de l’expérience de Louvet, au plus loin de ce que William Reddy nomme « prescribed » ou « official emotives12 ».

Dégradation et trahison

  • 13  L’équipée est peu glorieuse : Barbaroux, « gros et gras » a une entorse et « se traînait avec effo (...)
  • 14  Barère, op. cit., p. 5. Sur la délation sous la Révolution, voir Colin Lucas, « The Theory and Pra (...)

8En contrepoint, certains moments du texte donnent en effet à voir l’envers grotesque, humilié, ou vide de sens de la fraternité des origines, travestie sous la Terreur en une Fraternité officielle. La fraternité telle qu’elle avait été célébrée et vécue à la fête de la Fédération évoquait de triomphantes marches vers une réconciliation universelle, avec ses affections spontanées et ses solidarités naturelles. Chez Louvet, plusieurs épisodes ou situations peuvent être interprétés comme des mises en scène de sa dégradation, à commencer par la longue marche des proscrits, épopée pathétique d’éclopés claudiquant dans la boue13. Les chants patriotiques, si prisés par les Jacobins, ont ici pour fonction de couvrir la voix de questionneurs indiscrets, comme lorsqu’au début de leur aventure, le narrateur dissimulé dans un bataillon de Bretons indique : « […] je repoussai mon homme par un : Dansons la carmagnole, si fort et si constamment crié, qu’il ne me fut plus possible d’entendre qui que ce fût » (p. 89), ou raconte que devant un fermier curieux, « tout en dévorant son omelette au lard, nous chantions à tue-tête nos chansons patriotiques » (p. 91). Ailleurs, la commensalité des « tables de fraternité » est parodiée par le protagoniste attablé qui fait des « contes » aux villageois, « le tout accompagné du cliquetis des verres, et du fracas des éclats de rire que mes villageois poussaient à pleine gorge » (p. 147). Barère avait dénoncé la fraternisation prématurée et dangereuse à l’œuvre dans les banquets civiques et autres rencontres collectives autour d’une table. « Bons citoyens des sections, vous ne portez à ces repas que de la franchise et de la gaieté ; mais […] tous vos voisins inconnus sont-ils francs et purs comme vous ? Le vin précieux qu’ils vous portent n’est que de l’opium ; ils veulent vous endormir au lieu de fraterniser14. » Louvet dénonce à son tour la dénonciation et en joue, puisqu’il confirme perfidement le bien-fondé de la méfiance de Barère. Son long et périlleux retour à Paris, enfin, se déroule dans une voiture pleine de voyageurs sérieusement « jacobinisés » (p. 157), aux yeux de qui il se fait passer pour un déserteur. Pour ne pas se faire d’ennemis dans les « petites factions qui divisaient la carrossée », il s’ingénie à plaire à tous, se livrant avec succès à « un art plus profond que celui de la coquette la plus exercée » pour se « conquérir tous les cœurs » (p. 159). La fraternité dégradée apparaît ici sous un mode burlesque, féminisé, art du courtisan éhonté auquel sont désormais réduits les Français terrifiés.

  • 15  La trahison par les amis et la famille est un leitmotiv. Ainsi, entre autres, l’exemple de la fin (...)

9La peur, identifiée comme l’émotion responsable au premier chef de la destruction du lien social, et comme instrument principal de la politique de contrôle montagnarde, est au cœur de cette métamorphose. C’est elle qui produit à la chaîne15 cruautés, trahisons actives ou simples lâchetés. À Bordeaux par exemple, « la terreur était si générale, qu’à neuf heures du soir Guadet et Pétion, loin de trouver un homme qui osât les retirer pour la nuit, n’avaient qu’à peine rencontré quelqu’un qui eût le courage de marcher devant eux pour les guider, jusqu’à ce qu’ils fussent hors de la ville » (p. 120). Personne ne veut recueillir les proscrits. « Que de fois [Guadet] nous avait protesté que tous les sentiments honnêtes et généreux, s’ils étaient tout à fait bannis de la France, se réfugieraient dans le département de la Gironde ! Que d’indignes parents, que de faux amis l’avaient cruellement trompé ! » (p. 124). À Paris de même, « [l]a lâche peur commençait à glacer, autour de nous, toutes les âmes » (p. 175). Dans plusieurs prolepses, le narrateur prépare le choc d’une trahison relatée vers la fin du livre, lorsque toute une famille parisienne si proche (« Je les avais vus naître. […] ils répondaient aux témoignages de ma tendre amitié par une amitié pareille », p. 54) et qu’il a protégée l’abandonne ainsi que sa femme en refusant de leur donner asile. « C’est le compagnon de l’enfance de ton père », lui dit Lodoïska, « c’est celui qui t’a vu naître […] qui refuse de te recueillir, qui craint de t’entrevoir, qui nous envoie sur la place de la Révolution », trahison que Louvet juge « le plus cruel » de ses malheurs « et le moins attendu » (p. 176). Parmi tous leurs amis parisiens, « féroces par pusillanimité » (p. 72), aucun ne viendra rendre visite au couple, le rendant suspect dans son isolement, « de sorte qu’il est vrai de dire qu’à la délation près, ils firent absolument tout ce qu’il fallait pour nous perdre » (p. 186), assène Louvet.

Le travail de deuil

  • 16  Je n’ai relevé qu’un emploi du mot, dans une déclaration rédigée par Louvet et « qui n’annonçait q (...)
  • 17  Alphonse Aulard, « La devise “Liberté, égalité, fraternité” », op. cit., p. 23, précise : « On tro (...)

10Louvet se refuse à utiliser le terme de fraternité16 alors que son emploi augmente sous la Terreur17. L’abus de mots dans la rhétorique jacobine est silencieusement dénoncé : le terme est creux, envahi sans ironie par l’ombre de l’antiphrase. Derrière le récit de tant de liens noués et dénoués, c’est le spectre de la fraternité bafouée qui hante ces Mémoires, méditation oblique sur la devise « la fraternité ou la mort », débouchant sur : la fraternité donc la mort. La fraternité fraternelle est bien morte ; vive la fraternité fratricide. Les Mémoires permettent de comprendre la manière dont s’éprouve le sentiment politique, les façons dont il est mis à l’épreuve dans la réalité d’une vie individuelle, et finalement son abandon, lorsque ce qui avait galvanisé la fraternité – l’ardeur de l’unité, la haine de la dissidence – est cela même qui a fini par la détruire.

  • 18  On emprunte ici les termes de Patrice Higonnet, op. cit., p. 187 : « Sociability in its most affec (...)
  • 19  Et ce, d’autant plus facilement que le décret du 17 septembre 1793 contre les suspects est éminemm (...)
  • 20  Dans la section « Des affections » des Fragments des institutions républicaines de Saint-Just, on (...)
  • 21  Rapport de Saint-Just à la Convention du 11 germinal an II, cité par Jacques André, op. cit., p. 1 (...)
  • 22Correspondance Marx-Engels, 4 septembre 1870 (Werke, t. XXXIII, p. 53), cité par François Furet, P (...)
  • 23  Cf. Jacques-Louis Menetra : « […] l’homme sensible n’osait point se prononcer pour demander la lib (...)

11L’auteur suggère sans toujours les expliciter les symptômes de la dérive jacobine : d’un côté, une sociabilité intensément affective, dans l’idéal d’une union pure de la nation, d’une fusion républicaine d’où toute dissension soit bannie, et d’une amitié sacrificielle18 ; de l’autre, la surveillance et la délation très concrètes, l’exclusion et la purge, seuls moyens de ­maintenir cet idéal. « C’est ainsi que la guillotine deviendra l’autel national sur lequel le frère poussera civiquement son frère […]19 » (p. 71). Parallèlement l’amitié est un choix lourd qui peut être interprété comme un fait de haute trahison. Il est des lieux où « mon nom seul valait la mort à quiconque était soupçonné de lui garder quelque attachement » (p. 165). La fraternité à la fois obligatoire et exclusive20 infuse tout sentiment d’une dimension coercitive et implique le sacrifice de l’individu, si proche soit-il, à la cause. Saint-Just affirme que l’homme qui possède « l’amour sacré de la patrie » saura « immol[er] ses affections privées », et Camille Desmoulins dans son Vieux Cordelier sera honoré, dit-il, par la postérité républicaine : « c’est que j’avais été lié avec la plupart de ces hommes que j’ai dénoncés, et que je n’ai cessé de poursuivre du moment qu’ils ont changé de parti ; c’est que j’ai été plus fidèle à la patrie qu’à l’amitié : c’est que l’amour de la république a triomphé de mes affections personnelles21 ». Au sacrifice pour l’autre s’est substitué celui de l’autre. Mais ce que montre Louvet à de multiples reprises, on l’a vu, c’est qu’autour de lui cette immolation ne s’accomplit pas par héroïsme mais dans la peur la plus abjecte. Il confirme le geste du sacrifice de l’ami à la patrie exigé sous le régime de la Terreur, mais pour le démystifier, anticipant pleinement cette remarque d’Engels : « Nous […] imaginons [le règne de la Terreur] comme le règne de ceux qui répandent la terreur, mais tout au contraire c’est le règne de ceux qui sont eux-mêmes terrorisés22. » Dans ses Mémoires Louvet proclame en avoir fait l’épreuve comme sujet politique, historique et affectif. Il rapporte le choc de cette épreuve, qui est la révélation qu’une révolution faite pour transformer, épurer et magnifier le lien social a pu le corrompre, le détruire à ce point. « Elle m’était réservée à moi cette épreuve, la plus douloureuse de celles que j’eusse à subir. Infortuné ! Des amis de vingt ans te chasseraient de leur demeure ; ils te repousseraient jusques aux pieds de l’échafaud… » (p. 72-73). L’analyse politique sous-tend sans s’y substituer la reconnaissance de la stupeur, de la douleur et de la colère face à l’abandon et à la trahison des proches, des intimes (« mon intime ami » p. 174 ; « d’autres amis, réputés intimes », p. 186), terme que Louvet place parfois en italiques : « malgré les persécutions d’un intime ami de Guadet » (p. 132). La rupture est d’autant plus incompréhensible pour des liaisons établies dans une temporalité affective longue (« notre ami de tous les temps », p. 176, « nos amis de vingt ans », p. 174-5). Le narrateur ici confronte directement les ravages de la Terreur dans sa vie personnelle. Glacé, il constate que ses anciens amis n’envisagent plus l’amitié que dans la mort, la vie politique l’ayant rendue trop pesante, trop dangereuse, invivable. Ses amis, présume-t-il, le critiquent de ne s’être pas suicidé, c’est-à-dire « de n’être pas assez l’ami de mes amis pour les débarrasser, en mourant une fois, de la crainte où ils étaient toujours de me voir mourir » ; symétriquement, sa femme, « en s’obstinant ainsi à me vouloir sauver contre toute apparence, […] finirait par compromettre tous mes amis et tous ses amis » (p. 187). Les cœurs se durcissent quand tout homme sensible est suspect23.

  • 24  Huguette Krief, Entre Terreur et vertu. Et la fiction se fit politique… (1789-1800), Paris, Honoré (...)
  • 25  Cf. David J. Denby, Sentimental Narrative and Social Order in France, 1760-1820, Cambridge, U.K., (...)
  • 26  Caché à Paris, Louvet ne peut s’empêcher de lire les journaux : « […] le moyen de n’y pas chercher (...)
  • 27  Benjamin Constant, « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes » : « Notre liberté à (...)

12On s’accordera avec Huguette Krief pour dire que « l’espace idéal où se meuvent librement la générosité, le courage, la grandeur d’âme, la bienveillance, la douceur, l’esprit de compromis et dont se réclame ouvertement Louvet désavoue l’univers de la Terreur Jacobine qui fait bon ménage avec la cruauté, la trahison, l’inhumanité24 ». On se gardera aussi bien de voir en Louvet l’apôtre d’une dépolitisation naïve du sentiment et des relations intimes, qui seraient simplement opposés à une idéologie patriotique envahissante. La rhétorique affective et républicaine du texte montre assez que dans la perspective de l’auteur les attachements personnels et les fins politiques ne sont ni fondus ni séparés, mais doivent pouvoir être indépendants. La violence ou ses menaces ont brisé la possibilité de liens sociaux qui soient affectivement authentiques et politiquement signifiants en proportion librement variable. L’idéal émotif de transparence au cœur de la fraternité jacobine comme du texte sentimental25 n’est pas abandonné. Mais il ne peut plus être conçu comme épuration, avec pour condition un évidement contraint de l’espace intérieur pour que le sentiment patriotique le remplisse tout entier, ainsi qu’une conception catastrophique de la fraternité dans sa décadence avait fini par le suggérer. Outre la célébration d’une passion amoureuse sans intermittences, Louvet aligne les figures de l’amitié qui assurent idéologiquement des poches de résistance et réparent continûment des pertes elles aussi continues26. À la fraternité profanée, usée, forcée, terrorisée – à un mot vide, en somme – répondrait l’amitié sainte, neuve, authentique, courageuse, que la narration se charge de vivifier, d’incarner, de personnaliser. Cette vie de l’amitié renvoie à une conception moderne – au sens de Constant27 – des rapports entre espace privé et espace public, intimité du cœur et activité politique, « individualité personnelle » et pouvoir. Dans son texte mémoriel, Louvet porte le deuil des amis morts, vrais frères de combat, mais aussi, plus obliquement, celui du sentiment politique meurtrier dont ils ont été victimes : celui de la fraternité. Dans l’idéal en filigrane érigé sur cette ruine, la politique, pourtant, ne s’oppose pas aux sentiment et relations intimes : elle les libère.

Haut de page

Notes

1  Cité par Alphonse Aulard, « La devise “Liberté, égalité, fraternité” », dans Études et leçons sur la Révolution française, Paris, Félix Alcan, 1910, sixième série, p. 20. Alphonse Aulard reproduit un arrêté du directoire du département de Paris en 1793 : « […] les propriétaires ou principaux locataires seront invités, au nom du patriotisme, au nom de la liberté, de faire peindre sur la façade de leurs maisons, en gros caractères, ces mots : “Unité, indivisibilité de la République : Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort” », p. 18.

2  Pierre Vergniaud, Discours du 9 novembre 1792 à la Convention, cité par Alphonse Aulard dans Les Grands Orateurs de la Révolution. Mirabeau, Vergniaud, Danton, Robespierre, Bibliobazaar, 2007, p. 107.

3  « Jacobins yearned for togetherness. With universalist goals and the rhetoric of truthful friendship, they took politicized fraternity as their lodestar » (« Les Jacobins avaient la nostalgie de l’unité sociale. Avec des fins universalistes et une rhétorique de l’amitié sincère, la fraternité politisée leur servit de guide »), Patrice Higonnet, Goodness Beyond Virtue. Jacobins During the French Revolution, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1998, p. 241. Higonnet étudie l’égalitarisme jacobin à la racine du sentiment de fraternité dans une perspective d’historien, évidemment très différente de celle que j’analyse chez Louvet ici. Voir aussi Yannick Bosc, « Sur le principe de fraternité », Révolution Française.net, [En ligne], http://revolution-francaise.net/2010/01/19/359-sur-le-principe-de-fraternite.

4  On renvoie ici à l’étude très approfondie de Marcel David, Fraternité et Révolution française, 1789-1799, Paris, Aubier, 1987, en particulier la section intitulée « Une devise tronquée : “La Fraternité ou la mort” », p. 167-187.

5  Mona Ozouf, article « Fraternité », dans Dictionnaire critique de la Révolution française, éd. François Furet et Mona Ozouf, vol. « Idées », Paris, Flammarion, 1992, p. 207.

6  Rapport de Barère du 16 juillet 1794, « Sur la suppression des repas civiques et des fêtes sectionnaires », p. 3 et 12, [En ligne], http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57093h.

7  Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, éd. Jean-Claude Bonnet, Paris, Le Mercure de France, 1994, p. 354. Mercier fait ici allusion à l’insurrection du 31 mai 1793 qui mène à l’expulsion des Girondins.

8  Valérie van Crugten-André, Les Mémoires de Jean-Baptiste Louvet ou la tentation du roman, Paris, Honoré Champion, 2000. Voir aussi, plus récemment, l’excellent article d’Anne Coudreuse, « Entre diction et fiction : l’héritage romanesque dans les Mémoires de Louvet de Couvray », dans Françoise Le Borgne et Jacques Carré (dir.), Filiation, modèles et transmission dans les littératures européennes (1740-1850), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Révolutions et romantismes », 2012, p. 163-175.

9  Michel Vovelle, « Jean-Baptiste Louvet : la vérité dans le fantasme », préface à Jean-Baptiste Louvet, Quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis le 31 mai 1793, éd. Henri Coulet, Paris, Desjonquères, 1988, p. xiii. Les références de pages entre parenthèses après les citations de Louvet renvoient à cette édition.

10  On peut lire à ce sujet Jacques André, La Révolution fratricide. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, PUF, 1993 et Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1993.

11  La formule est de Valérie van Crugten-André, op. cit., p. 240.

12  William M. Reddy, The Navigation of Feeling. A Framework for the History of Emotions, Cambridge, U.K., Cambridge University Press, 2001, p. 196 et 200.

13  L’équipée est peu glorieuse : Barbaroux, « gros et gras » a une entorse et « se traînait avec effort, appuyé tantôt sur mon bras, tantôt sur celui de Piéton ou de Salles […] ; enfin Riouffe, ayant été forcé de quitter des bottes trop étroites qui l’avaient blessé, se voyait obligé de sauter sur la pointe de ses pieds nus, dont les talons étaient écorchés », p. 91.

14  Barère, op. cit., p. 5. Sur la délation sous la Révolution, voir Colin Lucas, « The Theory and Practice of Denunciation in the French Revolution », The Journal of Modern History, 68, décembre 1996, p. 768-785.

15  La trahison par les amis et la famille est un leitmotiv. Ainsi, entre autres, l’exemple de la fin tragique de Lidon qui ne pouvant plus marcher « écrit à un ami de lui envoyer un cheval. Ce misérable était devenu maratiste » et lui envoie des gendarmes (p. 163-164), ou celui de Valady « qui fut apparemment bientôt abandonné du parent sur lequel il comptait » (p. 185).

16  Je n’ai relevé qu’un emploi du mot, dans une déclaration rédigée par Louvet et « qui n’annonçait que paix, fraternité, secours aux Parisiens » (p. 60).

17  Alphonse Aulard, « La devise “Liberté, égalité, fraternité” », op. cit., p. 23, précise : « On trouve Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort en tête de divers arrêtés du Comité de salut public, de lettres de représentants en mission, de lettres de fonctionnaires ».

18  On emprunte ici les termes de Patrice Higonnet, op. cit., p. 187 : « Sociability in its most affective forms — that is, sacrificial fraternity and unbounded friendship — were critical themes for [the Jacobins] » (« La sociabilité dans ses formes les plus affectives – c’est-à-dire la fraternité sacrificielle et l’amitié sans limites – étaient des thèmes cruciaux pour les Jacobins »).

19  Et ce, d’autant plus facilement que le décret du 17 septembre 1793 contre les suspects est éminemment vague. L’article 2 précise ainsi, si c’est le mot, que seront réputés suspects, entre autres, « ceux qui, soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs écrits, se sont montrés partisans de la tyrannie ou du fédéralisme, et ennemis de la liberté ». Le droit criminel, [En ligne], http://ledroitcriminel.free.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/lois_penales_revolution_francaise/lois_penales_revolution_francaise_1.htm.

20  Dans la section « Des affections » des Fragments des institutions républicaines de Saint-Just, on lit : « Tout homme âgé de vingt et un ans est tenu de déclarer dans le temple quels sont ses amis » ; « Celui qui dit qu’il ne croit pas à l’amitié, ou qui n’a point d’amis, est banni » : http://classiques.uqac.ca/classiques/saint_just/fragments/fragments.html.

21  Rapport de Saint-Just à la Convention du 11 germinal an II, cité par Jacques André, op. cit., p. 179 ; Camille Desmoulins, Le Vieux Cordelier, no 5, 15 janvier 1794, cité par Jacques André, op. cit., p. 181.

22Correspondance Marx-Engels, 4 septembre 1870 (Werke, t. XXXIII, p. 53), cité par François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, p. 203.

23  Cf. Jacques-Louis Menetra : « […] l’homme sensible n’osait point se prononcer pour demander la liberté de ses amis je risquai souvent ma liberté dans ces temps de Terreur pour demander celle de plusieurs de mes amis », Journal de ma vie, éd. Daniel Roche, Paris, Albin Michel, 1998, p. 269.

24  Huguette Krief, Entre Terreur et vertu. Et la fiction se fit politique… (1789-1800), Paris, Honoré Champion, 2010, p. 453.

25  Cf. David J. Denby, Sentimental Narrative and Social Order in France, 1760-1820, Cambridge, U.K., Cambridge University Press, 1994, p. 56-57 et chap. iv.

26  Caché à Paris, Louvet ne peut s’empêcher de lire les journaux : « […] le moyen de n’y pas chercher continuellement des nouvelles de mes malheureux amis ! […] Tour à tour ils étaient malheureusement découverts, impitoyablement assassinés », p. 183.

27  Benjamin Constant, « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes » : « Notre liberté à nous, doit se composer de la jouissance paisible de l’indépendance privée », sans que la libre participation à la vie politique soit sacrifiée, puisque « loin […] de renoncer à aucune des deux espèces de liberté dont je vous ai parlé, il faut, je l’ai démontré, apprendre à les combiner l’une avec l’autre », Panarchy, [En ligne], http://www.panarchy.org/constant/liberte.1819.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Mall, « Le deuil de la fraternité dans les Mémoires (Quelques notices…) de Louvet (1795) », Itinéraires, 2012-2 | 2012, 25-34.

Référence électronique

Laurence Mall, « Le deuil de la fraternité dans les Mémoires (Quelques notices…) de Louvet (1795) », Itinéraires [En ligne], 2012-2 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://itineraires.revues.org/1079 ; DOI : 10.4000/itineraires.1079

Haut de page

Auteur

Laurence Mall

University of Illinois at Urbana-Champaign

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org