Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andrea Hynynen, Pluralité et fluidité antinormatives. Études sur les transgressions sexuelles dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar

Åbo Akademi University Press, 2010, 522 p. ISBN : 978-9-517-65528-6.
Abdoulaye Diouf
p. 173-177
Référence(s) :

Andrea Hynynen, Pluralité et fluidité antinormatives. Études sur les transgressions sexuelles dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar, Åbo Akademi University Press, 2010, 522 p. ISBN : 978-9-517-65528-6.

Texte intégral

1En partant de la priorité que Marguerite Yourcenar accorde à des héros masculins dans ses romans et de son insistance sur le thème de l’homosexualité, cet ouvrage d’Andrea Hynynen se propose de faire le lien entre les thèmes du sexe et de la sexualité à partir du prisme de la théorie queer. Elle formule l’hypothèse forte que Marguerite Yourcenar explore de façon continue le thème de la sexualité qu’elle ne cesse de remanier dans ses romans sans abandonner la défense de la sexualité transgressive. On a là une étude dont le dessein ne se cantonne pas simplement à relever la présence du thème de la liberté sexuelle, mais qui choisit de ­problématiser l’ambiguïté sexuelle pour mieux saisir ses variations. Au-delà de cette perspective, l’ouvrage se veut aussi un espace de ­rapprochement du champ de recherche anglo-saxon et du champ français non encore acquis littéralement à la théorie queer.

2Le corpus sur lequel elle s’appuie est un échantillon d’analyse représentatif composé des romans de Marguerite Yourcenar qui mettent en scène un personnage central (Alexis ou le traité du vain combat, Le Coup de grâce, Mémoires d’Hadrien, L’Œuvre au noir, Un homme obscur et Une belle matinée) en excluant ceux qui ne présentent pas de héros principal ainsi que ceux qui sont en marge du genre romanesque, à l’exception de cette dernière nouvelle qui fait suite à Un homme obscur.

3Après une introduction générale et un chapitre qui définit le cadre théorique, la structure s’organise comme suit : une première partie qui porte sur « les héros romanesques et la binarité sexuelle » et une seconde sur « les héros romanesques et la sexualité transgressive ». Les romans sont distribués dans ces deux parties selon l’éclairage qu’ils apportent sur les thèmes du sexe et de la sexualité. C’est ainsi qu’Alexis, Le Coup de grâce, Un homme obscur et Une belle matinée sont étudiés dans la première partie en ce qu’ils rendent compte de l’ambiguïté sexuelle mieux que Mémoires d’Hadrien et L’Œuvre au noir où elle n’apparaît que chez de rares personnages secondaires. D’un autre côté, Alexis, Le Coup de grâce, Mémoires d’Hadrien, L’Œuvre au noir et Un homme obscur sont étudiés dans la seconde partie où Une belle matinée est absent en raison de l’âge trop jeune du héros qui ne se prête pas au traitement de la sexualité. Si une telle distribution donne l’apparence d’une répétition, il faut cependant dire que l’analyse ne la reflète pas, car elle pointe à chaque fois une différence dans l’approche.

4À cela s’ajoutent des temps de problématisation initiale et des bilans intermédiaires dans un souci constant de guider la lecture d’un texte où l’auteure s’emploie au préalable à faire « quelques remarques de terminologie » sur les termes qui peuvent prêter à équivoque : le sexe, le genre, l’orientation sexuelle, la préférence sexuelle, la binarité sexuelle et l’hétéronormativité.

5Mais c’est le retour sur les « recherches yourcenariennes antérieures » qui permet surtout de voir comment l’étude de la dimension transgressive de la sexualité constitue un apport fécond de l’ouvrage. Cette dernière dimension est appréhendée à la lumière d’un cadre théorique novateur, la théorie queer, dont l’arrière-plan revendique l’héritage poststructuraliste de Michel Foucault et de Jacques Derrida. On retrouve également, dans le même sillage, la « performativité du genre » (Judith Butler) qui considère le genre comme une construction sociale en dehors du sexe biologique, la « pluralité de la sexualité » (Eve Kosofsky Sedgwick et Gayle S. Rubin) qui associe le critère du sexe à d’autres facteurs signifiants (l’âge, la race, l’ethnie, le rôle adopté) pour juger de la sexualité. L’idée se retrouve aussi dans la théorie de l’« intersectionnalité » de Kimberlé Williams Grenshaw qui analyse les rapports de pouvoir et de domination entre le sexe, la couleur de la peau et la sexualité, etc. Tout cela permet à Andrea Hynynen de soutenir l’idée d’une sexualité transgressive dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar qui, à rebours du sujet universel moderne caractéristique du contexte français, s’intéresse plutôt au sujet relevant d’une minorité sexuelle.

6Cela commence dans la première partie du travail par l’analyse du modèle alternatif du genre qui déstabilise l’opposition binaire des sexes et entame le principe de l’hétéronormativité. Il est introduit par « la féminité d’Alexis » (chapitre i) qui s’opère à deux niveaux : sa compagnie constante avec des femmes et ses traits de caractère féminins (douceur, timidité, sensibilité). Ce type introverti de l’homme féminisé destiné à troubler la binarité sexuelle est renforcé par une série de ruptures avec tout ce qui peut le rattacher à la masculinité : distanciation des idéaux masculins (profession, gloire, succès, argent, etc.), renonciation au mariage et à la paternité, opposition à l’espace masculin, etc. Avec cette transgression de l’étanchéité des lignes de partage entre les sexes, le héros yourcenarien initie le dépassement de la binarité sexuelle qui ouvre sur la notion de gender.

7C’est ce qui est analysé dans le chapitre ii sous le titre « Confusion du genre et androgynie dans Le Coup de grâce ». En montrant comment les personnages d’Éric et de Sophie échangent leurs attributs, et comment la ressemblance entre Conrad et sa sœur Sophie construit le motif de l’androgynie, Andrea Hynynen prouve que le roman yourcenarien mime la ruine de la binarité sexuelle, même si, dans un mouvement contradictoire, elle la réintroduit dans la clausule.

8Puisque la thèse se propose aussi d’épouser l’ordre de publication des romans yourcenariens pour mieux cerner l’évolution et/ou les variations du thème, c’est dans le chapitre iii (« Nathanaël et la binarité sexuelle dans Un homme obscur ») qu’on s’aperçoit mieux de la manière dont Alexis préfigure le dernier héros de Marguerite Yourcenar. Au-delà des traits de caractère féminins qui les unissent, il y a une dénégation du masculin qui s’accentue dans le dernier roman de Marguerite Yourcenar. Ici, c’est la théorie butlérienne de la « répétition subversive » associée à la notion de « contre-discours » foucaldienne qui permettent à Andrea Hynynen ­d’interpréter les « quasi-mariages » de Nathanaël comme un discours qui stigmatise des catégories pour leur donner une autre signification.

9C’est sous le mode du « travestissement subversif » que le quatrième chapitre de la première partie continue cette exploration de l’ambiguïté sexuelle dans Une belle matinée. Le jeune Lazare, en montrant la fluidité du genre en fonction des rôles d’homme et de femme qu’il joue au théâtre, illustre remarquablement la théorie constructiviste de la « performativité du genre ».

10Après l’étude de la « transgression sexuelle », Andrea Hynynen ­s’attache dans la deuxième partie à l’analyse de la « sexualité ­transgressive » qui s’intéresse cette fois aux préférences et aux pratiques sexuelles des héros. Il s’agit, en partant de la notion de « variation sexuelle bénigne » (Gayle S. Rubin), de montrer la variation des différents types de relations sexuelles transgressives dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar.

11Alexis ou le traité du vain combat fait l’« éloge de l’homosexualité » (chapitre v) en tant que préférence sexuelle entre deux hommes. Mais comme le récit yourcenarien ne signifie les rapports sexuels que sous le mode de l’allusion et de la périphrase, le roman insiste plus sur la compréhension graduelle du désir homosexuel du héros. Ce qui présente sa lettre comme le récit d’un coming out qui repose sur l’idée qu’« on ne s’éprend pas de ce à quoi l’on ressemble », c’est-à-dire les femmes.

12Si Alexis n’aime pas les femmes parce qu’elles lui ressemblent, Éric, lui, aime son ami Conrad qui lui ressemble. En s’inspirant de la notion de « désir homosocial mâle » (Eve Kosofsky Sedgwick) qui traduit le réseau complexe de rapports ou d’entraide entre des personnes du même sexe, Andrea Hynynen assimile, dans le chapitre vi, l’amitié chevaleresque entre Éric et Conrad à de l’amour. Pour le dire autrement, il y a, selon elle, un continuum entre homosexualité et « homosocialité » qui lui permet de parler d’« amour-amitié » et de désir homosexuel caché dans Le Coup de grâce.

13Par la suite, l’auteure s’intéresse à l’amour entre « Hadrien et Antinoüs dans Mémoires d’Hadrien » (chapitre vii) inspiré du modèle de la pédérastie antique où l’éraste (un homme adulte) s’éprend de l’éromène (un jeune et bel adolescent) dans le but de l’initier à la vie.

14Si jusque-là la sexualité transgressive est pratiquée par les héros, dans L’Œuvre au noir les « transgressions charnelles » (chapitre viii) sont faites plus par des personnages secondaires que par Zénon qui accorde peu d’importance aux expériences sensuelles. Dans ce roman, le thème de la sexualité est associé à celui de la religion ; ce qui situe aussi la transgression dans un rapport de non-conformité avec le dogme chrétien qui réprime le péché de la chair. C’est ce qu’expriment les relations sexuelles ­transgressives des Anabaptistes, les assemblées nocturnes d’Idelette avec les anges et le « lesbianisme asexué » (entre Martha et Bénédicte par exemple).

15Dans le dernier chapitre de la thèse, « Nathanaël et l’amour sexuel dans Un homme obscur », c’est la théorie de la « pluralité de la sexualité » associée à celle de l’« intersectionnalité » qui permet essentiellement de montrer la diversité des expériences sexuelles de Nathanaël. Il en résulte une rupture de tous les modèles binaires qui privilégie la « pluralité » ­perceptible dans la fluidité entre homosexualité et hétérosexualité, la mutualisation de l’acte sexuel qui déstabilise la polarité actif/passif, etc. À partir de ce moment, la sexualité de Nathanaël peut transcender la classe sociale, la race et l’ethnie. Ici, le thème de la sexualité transgressive permet en partie à Marguerite Yourcenar de placer son héros à l’écart des préjugés, des règles morales et de la norme sociale et divine.

16Au terme de ce parcours de lecture, il y a très certainement une autre image moins conformiste, plus subversive, disons aussi moins ­monolithique et plus nuancée, qui ressort de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. De ce point de vue, l’ouvrage d’Andrea Hynynen, inscrit dans une perspective queer, se donne à voir comme une contribution de taille au renouvellement des études yourcenariennes profondément marquées par l’image de l’académicienne sage, classique, moraliste et conformiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdoulaye Diouf, « Andrea Hynynen, Pluralité et fluidité antinormatives. Études sur les transgressions sexuelles dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar », Itinéraires, 2011-1 | 2011, 173-177.

Référence électronique

Abdoulaye Diouf, « Andrea Hynynen, Pluralité et fluidité antinormatives. Études sur les transgressions sexuelles dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar », Itinéraires [En ligne], 2011-1 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://itineraires.revues.org/1684

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Diouf

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org