Navigation – Plan du site

Présentation

Mireille Brangé et Magali Nachtergael

Texte intégral

  • 1 Un précédent volume d’Itinéraires consacré à « La Fiction aujourd’hui » (dir. Cécile de Bary, no 20 (...)

1Le champ de la littérature et plus généralement du fait littéraire questionne sans cesse ses propres limites, obligeant à considérer toujours plus largement les textes relevant potentiellement de l’analyse littéraire. Les interactions entre les nombreux récits du quotidien, faits divers ou intimes, et la fabrique du texte littéraire sont elles-mêmes soumises à des fluctuations plus ou moins intenses : après le roman réaliste au xixe siècle ou l’autofiction à la fin du xxe siècle, la littérature contemporaine depuis les années 1980 se caractérise par une confrontation régulière entre le sujet, sa position et son environnement social. On pense notamment à François Bon avec Sortie d’usine (1983), aux romans inspirés de faits divers d’Emmanuel Carrère, à l’autobiographie sociale d’Annie Ernaux ou bien entendu aux fictions postindustrielles de Michel Houellebecq1. Dans la lignée de l’ouvrage collectif Récits et fictions dans la société contemporaine dirigé par Christiana Constantopoulou (2011), ce volume interroge le regard porté par la création littéraire sur les sociétés qui l’abritent, du point de vue de la littérature. Depuis les années 2000, l’intérêt pour la fiction comme agent interprétatif du monde s’est manifesté par un traditionnel regain éditorial qui a mis « la fiction devant le monde », pour reprendre le titre de l’ouvrage dirigé par Catherine Grall et Marielle Macé en 2005. Toutes ces formes de récits sont évidemment considérées avant tout dans le champ disciplinaire dont elles ressortissent, et elles ont depuis longtemps une fonction heuristique qui structure notre rapport au réel. Aujourd’hui, micro ou macro-fictions se mettent en place à partir de médias variés (image, récit oral, personnages modèles, allégories et métaphores récurrentes, fétiches, etc.) qui fabriquent des récits utilitaires et symptomatiques de l’état de la pensée contemporaine.

2Pourtant, la question de l’inclusion des narrateurs dans une fiction d’actualité suppose l’immersion permanente de ces sujets écrivants dans leurs récits quand ils traitent de leur expérience quotidienne. Il s’agit alors plus d’établir des « mondes en narration », comme l’indiquait un numéro spécial de la revue Trajectoires en 20092, qui délimitent et structurent les frontières perceptives d’un réel qui apparaîtrait dans un monde globalisé, en manque d’historicité individuelle. La narration aurait-elle alors pour fonction de replacer le sujet dans un dispositif historique à nouveau signifiant pour contrer la supposée « fin des grands récits » (Lyotard 1979) ? Comme l’indiquent Jean Molino et Raphaël Lafahail-Molino dans Homo fabulator, « la production contemporaine narrative rénove les grandes inspirations fondamentales de la fabulation humaine […] » avec un « retour à l’indistinction entre le réel et le fictif qui correspond à l’état primitif de la fabulation » (2003 : 340), tropisme pour la narration fonctionnant comme substitut à la relation heuristique du mythe fondateur face au réel.

  • 3 En communication, on pense par exemple au volume « Récits du pouvoir. Pouvoirs du récit » de la rev (...)
  • 4 L’axe « Storytelling » du Labex (Laboratoire d’excellence) OBVIL – Observatoire de la vie littérair (...)
  • 5 Nous renvoyons ici au volume « Les récits médiatiques » de la revue Réseaux (no 132, 2005) dirigé p (...)

3Parallèlement, depuis les années 1950, Mythologies de Roland Barthes a ouvert la voie d’une nouvelle forme de littérarité de l’espace social. Ces fragments critiques sur le monde contemporain, d’abord publiés en série feuilletonnante dans Les Lettres nouvelles, formulent les structures de petits récits de société aux vertus mythologiques. Ces récits idéologiques font l’objet de vives critiques : la narration ainsi réduite à sa pure fonctionnalité se transforme en storytelling commercial et politique au cours du siècle, se mettant servilement au service de propagandes idéologiques3. Ce système capitaliste est la cible directe de l’ouvrage de Christian Salmon qui oppose, dans la tradition mallarméenne, une littérature « pure » et le storytelling4. L’ars narratio brille de sa variété, et sans porter de jugement moral, on pourra se rappeler qu’« innombrables sont les récits du monde », comme l’écrit encore Roland Barthes. Les récits de société se fabriquent avec des bribes éparses de manière archipélique, de façon répétitive et variante à la fois (rumeurs), à travers des supports transmédiatiques (presse écrite ou orale, discours, vidéos, films5), de sorte que l’identification d’une structure narrative en est rendue difficile, malgré la sensation claire qu’un récit s’est bel et bien déployé, même de façon intermittente. « Récit de société » est donc à entendre comme une masse confuse et diffuse d’une multitude de petites formes narratives qui habitent notre quotidien, le fictionnalisent et lui donnent chaque jour un peu de sens. C’est le grand récit du progrès industriel contre celui de la décroissance, c’est la petite histoire exemplaire d’un everyday hero, c’est l’institutionnalisation du récit de soi en tant qu’injonction sociale, c’est la légende urbaine qui réveille la part d’irrationnel dans la croyance, c’est le fait divers qui plonge la communauté dans l’effroi, c’est enfin une fiction économique et politique qui indique le sens de l’histoire.

  • 6 Dans un autre registre, plus orienté vers les études littéraires et l’approche critique du récit, v (...)

4Quel regard littéraire peut-on porter sur ces récits évanescents ? Quel dispositif interprétatif poser sur ces formes narratives transmédiatiques ? Quelles représentations de notre espace de sociabilité peut-on en dégager ? Réciproquement, comment penser la littérature avec des corpus inattendus qui reposent sur des mises en récit ? Comment la théorie littéraire peut-elle considérer ces formes narratives ? À l’horizon de cette investigation, il s’agit d’avoir une posture réflexive sur les procédés de lecture littéraire et sur le fonctionnement du système interprétatif des études littéraires actuelles6. Quelle nouvelle critique littéraire peut naître de ces comparaisons et dispositifs en perspective ? Présentés à l’occasion d’une journée d’études qui s’est tenue en 2013 à l’université Paris 13, les articles tracent des sillons transdisciplinaires en s’appuyant sur la notion de récits de société. L’ensemble forme volontairement un continuum depuis l’analyse anthropologique jusqu’à l’analyse littéraire en passant par l’approche communicationnelle et les possibilités d’une approche transmédiale (arts plastiques, séries télévisées).

5Ainsi, la première partie du dossier est consacrée à la construction d’une notion, le « récit de société », à mi-chemin entre mythe et storytelling. Se demandant comment définir un « récit de société », Ambre Abid Dalençon embrasse la question de la narration médiatique. Elle pointe l’« élasticité » de la notion et rappelle que cette dernière concerne autant des expériences quotidiennes triviales que des processus de réappropriation dont les visées communicationnelles témoignent d’une intention explicite (le storytelling en est un). Elle rappelle que le pouvoir du récit tient aussi de son caractère « trouble » et qu’il a le pouvoir de transcender le quotidien, rejoignant ainsi les idées développées par François Dingremont, chercheur en anthropologie antique. Le pouvoir de la narration n’est évidemment pas une nouveauté de la société moderne découvrant, à travers les ressorts publicitaires, que l’on peut « formater les esprits », comme l’écrit Christian Salmon. Dingremont revient sur les fondements du récit mythique et sur sa place historique dans la construction sociale, rappelant que le storytelling participe à une nécessaire doxa et que celle-ci a aussi une fonction pragmatique. Mais quelle posture éthique et quel type de réception offrir à ces discours ? Certes, ils s’appuient sur des ressorts émotionnels, présents dans la rhétorique ancienne, mais le rationalisme de la déconstruction des mythes opérée par Barthes n’a en rien empêché la prolifération des « récits de société ». Prenant appui sur les recherches d’Yvonne Verdier, Dingremont rappelle la valeur heuristique des contes et des récits « sans auteur », c’est-à-dire, de récits dont l’origine n’est pas identifiée, et aussi de la tradition orale. Clôturant l’introduction théorique du dossier, Sabrina Parent, dans son étude comparative de la temporalité des œuvres de la plasticienne Myriam Hornard et des récits de Dany Laferrière, interroge d’un point de vue narratologique les moyens dont dispose le récit pour se manifester en tant que tel dans une configuration intermédiale.

6La deuxième section, « la traversée des genres », s’ouvre sur la contribution de Sophie Létourneau qui confronte justement cette construction d’un mythe social, celui du « rêve américain », aux chroniques de la journaliste Joan Didion, dont les récits plongent dans la réalité sociale. Ils proposent un contrepoint critique individuel, mettant en avant un regard singulier face à ce que Létourneau identifie comme les trois grands mythes structurants californiens : la « vertu des habitants », l’« abondance de la terre » et la « richesse perpétuelle ». L’individu participe du corps social, mais construit parallèlement son propre récit, induisant la possibilité d’un contre-récit face à un récit de société qui peut sembler trop paradigmatique, forclos ou tout simplement limitant les points de vue singuliers. Pascal Gin, en analysant les récits de « mobilité » géographique et sociale, révèle ainsi les zones d’instabilité des imaginaires narratifs sociaux. Dans la lignée de Didion et du journalisme littéraire, Gin analyse deux récits basés sur des expériences de témoignages vécus par Florence Aubenas d’un côté, Jean Rolin de l’autre, introduisant le récit de soi dans la reconfiguration narrative sociale. Ce point central est également soulevé par Thomas Vuong dans les pratiques poétiques révélatrices de la position qu’occupe le sujet dans un environnement où déterminisme et ritualisme régissent aussi notre propre intériorité. À travers le genre du sonnet, et sa rigidité canonique, Vuong montre comment Gwendolyn Brooks, Toni Morrison et Pier Paolo Pasolini distinguent une voix lyrique alternative et génèrent des effets polyphoniques. Pour conclure cette traversée sociale narrative, la contribution d’Ilona Andreescu évoque la littérature utopique îlienne qui ouvre, par le récit fictionnel, à la possibilité d’un autre modèle social.

7Enfin, pour la dernière partie consacrée aux désordres sociaux, révélant les parts obscures du vécu social, certains récits opèrent une médiatisation fictionnelle qui scénographie à la fois ses tabous et sa cruauté. Dans son étude des polars de Jean-Patrick Manchette, Didier Daeninckx et Dominique Manotti, Véronique Desnain montre comment le roman se fait, à travers l’intrigue policière, le lieu d’une critique politique animée par la dénonciation d’idéologies dont on comprend qu’elles peuvent être meurtrières. Prenant appui sur des séries policières contemporaines, Jacqueline Guittard montre comment la mort est précisément devenue un tabou du récit social et que sa mise en scène dans Dexter, Bones et Body of Proof témoigne d’une esthétisation radicale de la relation contemporaine à tout ce qui touche au macabre, qui reste par ailleurs soigneusement caché dans la vie courante.

8Le dossier est complété par une sélection spéciale de varia consacrée au Québec, offrant une vision élargie du récit social, qu’il soit performé, mythique ou qu’il s’exprime par les hybridations culturelles. À travers la légende du Windigo, l’art-action amérindien et l’ethno-pop de Tanya Tagaq, les auteurs, Isabelle Saint Amand, Jonathan Lamy et Sophie Stévance dressent un panorama de l’expression artistique contemporaine d’une société, la communauté émanant des Premières Nations du Québec qui lutte précisément pour la survivance de ses récits mythologiques et pour la dimension pragmatique de ces nouveaux rites de création.

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg, Jocelyne et Lambert, Frédéric, 2005, Réseaux, no 132, « Les récits médiatiques », [En ligne], http://www.cairn.info/revue-reseaux-2005-4.htm.

Audet, René et Xanthos, Nicolas (dir.), Penser la narrativité contemporaine, [Carnet de recherche], http://penserlanarrativite.net/.

Bary, Cécile de (dir.), 2013, Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2013-1, « La Fiction aujourd’hui », [En ligne], https://itineraires.revues.org/765.

Berdet, Marc, Krilles, Peter, Chamayou-Kuhn, Cécile et Perin, Emel Yavuz (dir.), 2009, Trajectoires, no 3, « Mondes en narration », [En ligne], http://trajectoires.revues.org/391.

Brière, Émilie et Gefen, Alexandre (dir.), 2013, Fixxion, no 6, « Fiction et démocratie », [En ligne], http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/issue/view/15.

Lyotard, Jean-François, 1979, La Condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Minuit.

Médium, 2013, no 34, « Récits du pouvoir. Pouvoirs du récit ».

Molino, Jean et Lafahail-Molino, Raphaël, 2003, Homo Fabulator. Théorie et analyse du récit, Montréal, Arles, Leméac, Actes Sud.

Narjoux, Cécile et Stolz, Claire (dir.), 2015, La Licorne, no 112, « Fictions narratives au xxie siècle ».

Voirol, Olivier, 2005, « Le travail normatif du narratif », Réseaux, no 132, p. 51-71.

Wrona, Adeline, 2005, « Vies minuscules, vies exemplaires : récit d’individu et actualité. Le cas des portraits of grief parus dans le new york times après le 11 septembre 2001 », Réseaux, no 132, p. 93-110.

Haut de page

Notes

1 Un précédent volume d’Itinéraires consacré à « La Fiction aujourd’hui » (dir. Cécile de Bary, no 2013-1, https://itineraires.revues.org/765), un volume de la revue La Licorne, « Fictions narratives au xxie siècle » (dir. Cécile Narjoux et Claire Stolz, no 112, 2015) ou encore le volume « Fiction et démocratie » (dir. Émilie Brière et Alexandre Gefen, no 6, 2013, http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/issue/view/15) de la revue Fixxion avaient pointé la dimension sociale du roman français contemporain.

2 http://trajectoires.revues.org/391.

3 En communication, on pense par exemple au volume « Récits du pouvoir. Pouvoirs du récit » de la revue Médium (no 34, janvier-mars 2013), dont les articles de Paul Soriano, Albert Lévy ou François-Bernard Huyghe.

4 L’axe « Storytelling » du Labex (Laboratoire d’excellence) OBVIL – Observatoire de la vie littéraire, coordonné par Danielle Perrot-Corpet, se concentre sur les relations entre récit littéraire, récit social et pragmatique du récit à l’œuvre dans les médias. Depuis 2013, cet axe qui analyse la vie littéraire contemporaine s’attache aux usages contemporains de la fiction mais aussi à la question de la valeur (esthétique, heuristique) de ces fictions transmédiatiques (http://obvil.paris-sorbonne.fr/projets/storytelling).

5 Nous renvoyons ici au volume « Les récits médiatiques » de la revue Réseaux (no 132, 2005) dirigé par Jocelyne Arquembourg et Frédéric Lambert, avec des articles notamment sur « le travail normatif du narratif » d’Olivier Voirol ou « le cas des portraits of grief parus dans le New York Times après le 11 septembre 2001 » par Adeline Wrona (http://www.cairn.info/revue-reseaux-2005-4.htm).

6 Dans un autre registre, plus orienté vers les études littéraires et l’approche critique du récit, voir le site de René Audet et Nicolas Xanthos, Penser la narrativité contemporaine (http://penserlanarrativite.net/) qui propose depuis 2000 une veille scientifique avec une bibliographie annuelle en narratologie et poétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Brangé et Magali Nachtergael, « Présentation », Itinéraires [En ligne], 2015-1 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://itineraires.revues.org/2688

Haut de page

Auteurs

Mireille Brangé

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Pléiade (EA 7338)

Magali Nachtergael

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Pléiade (EA 7338)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org