Navigation – Plan du site

2017-3 : Littératures expérimentales. Écrire, expérimenter, performer au tournant du xxie siècle

Date limite de réception des articles : 15 février 2016

Coordonné par Magali Nachtergael (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Pléiade – EA 7338)

Argument

Qu’est-ce que la « littérature expérimentale » ? Forme non conventionnelle de la littérature, l’expérimentation littéraire ne suit aucun modèle préétabli. Il serait donc vain de tenter de classer la littérature expérimentale en genres (poésie, nouvelle, roman) ou en catégories (orale, numérique, visuelle) puisqu’elle a pour vocation de toujours repousser ses propres limites. D’un autre côté, toute littérature renvoie à une expérience singulière, expérience d’écriture, de conception d’un projet et d’un choix de support adapté, du conte oralisé pour un auditoire d’enfant au poème visuel qui se déploie sur l’espace de la page. La littérature conventionnelle, soutenue par une académique hiérarchie des genres, explore bien entendu elle aussi ses formes de prédilection, et opère de constantes variations narratives, poétiques, formelles et thématiques. Toutefois, certaines expressions consacrées, comme « hors du livre », (poésie, littérature), « sonore » ou « visuelle », ou même « numérique », nous obligent à nous interroger sur ce qui oppose fondamentalement le dedans du dehors de la littérature, et les raisons pour lesquelles le livre reste encore un élément si fort de l’identification d’un fait littéraire. Pour aller plus loin, à partir de quand la littérature sort-elle d’elle-même ? Quand devient-elle « autre » pour avoir besoin d’un qualificatif ?

On sait à quel point le canon construit les représentations esthétiques. La littérature, contrairement à l’histoire de l’art, n’aurait pas connu sa profonde crise de représentation, comme le pense le poète américain Kenneth Goldsmith : l’essor du numérique et des études transmédiatiques pourrait bien être cet élément déterminant qui force à poser le regard ailleurs que sur le seul texte pour considérer un « champ élargi » de la littérature, certes, mais surtout, les forces créatives à l’œuvre dans la littérature contemporaine. Marquées par l’hybridité, la performance, l’essor technologique (depuis la photographie jusqu’à Internet), la déconstruction de la langue ou la tentative de rendre plastique les mots, les littératures expérimentales frayent les voies de la littérature à venir. L’histoire des avant-gardes, depuis Dada jusqu’à la poésie sonore en passant par l’art conceptuel, est celle de la littérature qui se vit toujours à la limite des normes. Le volume à venir est un hommage aux auteurs qui ouvrent des voies inexplorées ou déconsidérées par les littératures conventionnelles, encore très attachées au style, à la construction narrative et à la maîtrise d’une langue normative. Il a pour but d’ouvrir un espace critique pour ces littératures marginales qui renouvellent, parfois sous la pression technique, la conception même de la création littéraire.

Perspectives

À travers un panorama international, le volume traitera d’une part de l’oralité de l’expérience littéraire, et tout particulièrement du courant de la poésie performance, et d’autre part, explorera le terrain de la littérature visuelle contemporaine intégrant aussi bien l’image (photographique, cinématographique, graphique), les architectures hypertextuelles et l’écran dans leur système de création. Cette littérature, plus proche de l’art contemporain que du roman balzacien, est déjà considérée aux États-Unis soit comme de la littérature postmoderne, conceptuelle ou expérimentale, dans le sillon des formations de creative writing que l’on a vues récemment apparaître en France (au niveau master dans les universités du Havre et de Paris 8 et à travers une multiplication d’ateliers d’écriture créative au sein des écoles d’art).

Comment penser la création littéraire aujourd’hui sans prendre en considération ses formes les plus expérimentales ? Comment le texte se performe-t-il de diverses manières, depuis que W.J.T. Mitchell a proclamé un nouveau paradigme, le « pictorial turn », auquel la littérature n’échappe pas ? Dans le prolongement de la réflexion sur la possibilité d’une « néo-littérature » qui investirait l’image, le spectaculaire et les écrans, le volume interrogera ce « devenir-image » (au sens deleuzien) de la littérature à travers les expérimentations inter et transmédiatiques, mais aussi ses tentatives de mettre en œuvre sa propre performativité à travers des formes originales : livres d’artistes, numériques, textes « contextuels », où le rôle du lecteur-auditeur-spectateur ou la présence de l’auteur lui-même pour activer l’œuvre rendent impossible la fixation d’un texte canonique.

Modalités de soumission

Les contributions sont ouvertes pour des articles portant sur la littérature à l’ère numérique, les formes de littérature conceptuelles, la notion de littérature postmoderne dans d’autres aires linguistiques et culturelles, les littératures émergentes au sein ou en dehors du continent européen, les littératures orales ou les espaces de performances de la littérature depuis les années 1980 à nos jours.

Le but de ce volume collectif est de cartographier de nouvelles aires d’études littéraires et de développer une approche critique intégrant des outils d’autres disciplines (anthropologie, études visuelles, histoire de l’art, esthétique, philosophie, sociologie, histoire, etc.).

Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Ils peuvent contenir des illustrations ou des liens hypertextes.

Calendrier

Merci d’envoyer vos propositions avant le 15 février 2016 à l’attention de Magali Nachtergael (nachtergael@univ-paris13.fr).

Les articles seront à rendre avant le 31 juillet 2016.

La publication du numéro est prévue en décembre 2017.

Bibliographie

Archibald, Samuel, 2009, Le Texte et la Technique : la lecture à l’heure des médias numériques, Montréal, Le Quartanier, coll. « Erres Essais ».

Bessière, Jérôme et Payen, Emmanuèle, 2015, Exposer la littérature, Paris, Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques ».

Bourassa, Renée, 2010, Les Fictions hypermédiatiques : mondes fictionnels et espaces ludiques, des arts de mémoire au cyberespace, Montréal, Le Quartanier, coll. « Erres Essais ».

Bray, Joe, Gibbons, Alison et McHale, Brian (dir.), 2012, The Routledge Companion of Experimental Literature, Londres, Routledge.

Bricco, Elisa (dir.), 2015, Le Bal des Arts. Le Sujet et l’Image : écrire avec l’art, Rome, Quodlibet.

Donguy, Jacques, 2007, Poésies expérimentales. Zone numérique 1953-2007, Dijon, Presses du réel, coll. « L’écart absolu ».

Game, Jérôme (dir.), 2012, Le Récit aujourd’hui, arts, littérature, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Esthétiques hors cadre ».

Houghe, Clémentine, 2014, Le Cut-up de William S. Burroughs. Histoire d’une révolution du langage, Dijon, Les presses du réel, coll. « L’écart absolu ».

Labelle-Rojoux, Arnaud, 2004, L’Acte pour l’art, Marseille, Al Dante.

Mitchell, W. J. T., 1995, Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, University of Chicago Press.

Mougin, Pascal (dir.), 2016, La Tentation littéraire de l’art contemporain, Dijon, Presses du réel.

Rosenthal, Olivia et Ruffel, Lionel (dir.), 2010, Littérature, no 160, La Littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre.

Saemmer, Alexandra, 2007, Matières textuelles sur support numérique, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Théval, Gaëlle, 2015, Poésies ready-made, xxe-xxie siècles, Paris, L’Harmattan, coll. « Arts et médias ».

Pour plus d’indications bibliographiques et références, voir le site du programme Les Contemporains. Littérature, arts visuels, théorie : http://contemporains.hypotheses.org.

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org