Navigation – Plan du site

2017-2 : Féminismes quatrième génération. Textes, corps, signes

Date limite de réception des articles : 15 février 2016

Coordonné par Stéphanie Pahud (Université de Lausanne, Suisse) et Marie-Anne Paveau (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, France, Pléiade EA 7338)

Objectif général

  • 1 Pour aller vite, nous employons le terme composé textuel-sémiotique pour désigner cet ensemble.

Le numéro a pour but de montrer qu’une nouvelle sémiotique féministe (au sens large de production de signes, textes, discours, slogans, symboles, etc.1) émerge en ce début de xxie siècle, issue des contextes sociaux et politiques contemporains ainsi que des nouvelles donnes, en particulier internationales et intersectionnelles, du militantisme féministe. L’aire culturelle et linguistique concernée serait essentiellement la France, avec des ouvertures nécessaires vers les Amériques (Brésil, Canada et États-Unis) et le monde arabo-musulman. Outre la succession des générations qui renouvelle naturellement et démographiquement les militant.e.s et leurs modes de militance, deux grands facteurs motivent ces innovations sémiotiques-textuelles :

– Le développement et l’installation des études de genre, qui bousculent certaines des notions forgées par les féministes de deuxième et troisième génération des années 1960 aux années 1990 : dans la quatrième génération qui produit actuellement des discours militants (militant.e.s né.e.s autour des années 1980-1990 e t/ou prenant la parole à partir des années 2000), la notion de genre implique de penser les rapports de sexe, la sexualité, l’identité, l’oppression, sous un nouvel éclairage, ce qui modifie les productions sémiotiques (Dorlin 2008, Quemener 2012). La question LGBTQIA, la théorie queer, la reconnaissance des minorités racialisées (afroféminisme notamment) modifient les formes et les frontières du féminisme dont le sujet, désormais, comme le déclare J. Butler dans Trouble dans le genre « n’est pas la défense des femmes » (Butler 2005 [1990]).

  • 2 Nous assumons l’emploi du terme race à l’anglophone, et conformément à de nombreux usages militants (...)

– Le discours féministe a en effet étendu son premier objet, la défense des femmes et la promotion de l’égalité de sexes, à un objet plus large et hétérogène : par le biais de l’intersectionnalité, les élaborations sémiotiques-textuelles tiennent compte des autres critères d’oppression et de minorisation, comme la classe, la race2 ou la sexualité (Dorlin (éd.) 2009, Hill Collins 1990, hooks 1999). On a donc affaire à une utilisation presque hyperonymique du terme féminisme, correspondant dans le fait à la défense des minorités opprimées pour leur sexualité et/ou racialisées, y compris d’ailleurs l’oppression des hommes, saisie à partir des dressages de genre producteurs de l’identité masculine (Pahud 2011).

2. Objets possibles du numéro

Les féminismes de quatrième génération possèdent par conséquent des traits sémiotiques-textuels spécifiques et parfois innovants par rapport aux traditions antérieures. On en proposera quatre :

  • 3 Même remarque sur arabe que pour l’emploi de race.

La réflexivité. Les féministes de quatrième génération, parce qu’illes sont prises dans le réseau d’oppressions dessiné par l’intersectionnalité, intègrent le plus souvent à leurs prises de parole une description de soi : déclaration de privilèges de la « femme blanche hétérosexuelle bourgeoise » ou du « mâle blanc hétérosexuel », selon des expressions désormais stéréotypées (voir par exemple le pamphlet de Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l’empire, publié en 2012 à La Fabrique), ou au contraire déclaration d’oppression de la part, par exemple, de la femme noire lesbienne qui sera ségréguée à la fois pour son genre, sa couleur et sa sexualité, ou de l’homme trans’ arabe3 marginalisé à la fois pour son changement de genre/sexe et son appartenance ethnico-culturelle. D’une manière plus générale, les textes-signes féministes de quatrième génération possèdent souvent une dimension métalangagière ou métadiscursive, abordant fréquemment des points de langage ou d’expression, dénonçant des emplois sexistes, proposant des formes lexicalement respectueuses, etc.

La mobilisation du corps. L’irruption d’un activisme féministe dénudé (Femen, Slutwalks), mais également l’émergence de nombreux projets artistiques ou photographiques présentant le corps féminin sous le signe de la libération ou encore de phénomènes ponctuels (par exemple, hors de la nudité, la protestation des femmes turques par le sourire en août 2014), oblige à poser la question du corps comme dispositif sémiotique de militance et de résistance (Bard 2014). La méthode n’est pas nouvelle et la « manufestation », selon un terme québécois, a évidemment précédé les féministes de quatrième génération (Guillon 2008), mais la banalisation du procédé dans les luttes féministes contemporaines mérite un examen et un questionnement (Fraisse 2014, Paveau 2014).

La présence du fait religieux. Les féministes de deuxième et troisième génération avaient mis à distance la dimension religieuse, qui était plutôt dans leur discours du côté de « l’ennemi ». L’apparition du féminisme islamique (1990 aux États-Unis) et sa visibilité actuelle, à la fois sur la scène intellectuelle et la scène sociale par l’intermédiaire de la question du voile, intègre de fait la question religieuse au féminisme, ce qui constitue une nouveauté contemporaine (Latte Abdallah 2010, Ali 2012). Il s’agit essentiellement de l’islam, mais il existe également de manière plus modeste, un féminisme juif (Las 2011) et catholique (Bard 1995, Dubeysset 2000) La question religieuse est éminemment textuelle, puisqu’il s’agit, tant pour les musulmanes que pour les juives et les catholiques/chrétiennes, de fonder leur discours sur une lecture des textes sacrés. La question est également plus largement sémiotique, l’appartenance religieuse faisant également l’objet de projets artistiques, comme cette œuvre d’art retirée de l’exposition à Clichy-sous-Bois en janvier 2015 (dans le contexte des attentats à Charlie Hebdo), montrant des escarpins sur des tapis de prière.

L’exploitation des univers numériques, en particulier ceux de la blogosphère et des réseaux sociaux numériques (Twitter, Facebook notamment, mais aussi des réseaux de partage de vidéos comme YouTube) confère aux productions textuelles-sémiotiques féministes des dimensions d’abondance et de rapidité inédites (viralité des publications sur le web 2.0). Les possibilités sémiotiques offertes par les plateformes de publication en ligne permettent en outre la création de nouvelles formes de discours militant, composites technodiscursifs, verbo-iconiques, fixes ou animés (avatars, mèmes, pancartes, cartoons) qui situent la production militante dans une plurisémioticité dynamique. La notion de « mansplaining », par exemple, création récente des féministes anglophones transférée telle quelle en France (la traduction proposée, « mecsplication », ne rencontre guère de succès), fait l’objet de nombreuses réalisations graphiques ayant finalement produit un véritablement mème (illustrations ci-dessous).

Le mème « mansplaining » (page 1 de la recherche Google images « mansplaining »)

Image 100000000000088600000430ED19371A.png

Le numéro interrogera également les interactions du féminisme 4e génération avec le masculin. Comme le résume Francis Dupuis-Déri :

Au nom des principes d’égalité, de liberté, de justice et de solidarité, des hommes se réjouissent de ces victoires. Ils sentent aussi que ce mouvement a eu un impact positif sur leurs structures identitaires, puisqu’il les a libérés des rôles stéréotypés dans lesquels l’idéologie patriarcale les enfermait. Le féminisme est toutefois dénoncé avec vigueur par d’autres hommes à l’attitude réactionnaire et marquée de ressentiment pour qui la déstructuration des identités traditionnelles féminines et masculines par les féministes a eu un effet catastrophique sur la société en général et sur les hommes particulier (2004 : 70).

L’irruption d’une part d’un activisme féministe masculin et d’autre part de mouvements masculinistes antiféministes, invite à poser la question de l’incidence des discours et imaginaires masculins dans l’émergence d’une nouvelle sémiotique féministe, mais aussi, symétriquement, de l’incidence de cette nouvelle sémiotique féministe dans le renforcement de l’une ou l’autre des deux postures masculines.

3. Auteur.e.s et disciplines

Dans la perspective pluridisciplinaire de la revue et de l’équipe d’accueil qui la soutient (EA 7338 Pléiade : http://www.univ-paris13.fr/pleiade/), le numéro accueillera des textes émanant de disciplines diverses des lettres, sciences humaines et sociales, tous les textes se fédérant autour du point de rassemblement que constitue l’objet « productions textuelles-sémiotiques ». Seront représentées notamment : la littérature, l’analyse du discours, la linguistique textuelle, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’info-com (la liste n’est pas exhaustive).

Les auteur.e.s du numéro seront tou.te.s à des degrés divers, féministes, condition pour nous de la qualité des articles. Ce travail s’inscrit en effet dans une épistémologie du point de vue (standpoint epistemology) ne séparant pas discours scientifique et position politique, et, au-delà, réclamant que l’investigation de recherche soit soutenue par un point de vue politique, sans lequel elle serait invalide (Harding dir. 2004). Le numéro présente une approche scientifique intégrant à la procédure d’analyse la nécessité des dimensions subjectives de ses auteur.e.s, et transposant de la vie à la recherche la célèbre notation de Puig de la Bellacasa : « Les conditions de vie sont aussi des conditions de vue » (Puig de la Bellacasa 2013).

Modalités de soumission

Les propositions doivent être envoyées à Marie-Anne Paveau (ma.paveau@orange.fr) et Stéphanie Pahud (stephanie.pahud@unil.ch) sous la forme suivante : titre, résumé de 3 000 signes (500 mots), cinq mots clés, cinq références bibliographiques au maximum.

Nos consignes aux auteurs : https://itineraires.revues.org/2255
Nos procédures : https://itineraires.revues.org/2252

Calendrier

Date de remise des propositions d’articles : 15 février 2016
Réponse des coordinatrices : 15 mars 2016
Remise de la première version de l’article : 10 décembre 2016
Expertise des articles : printemps 2017
Remise de la version finale : 15 mai 2017
Parution : juin 2017 (no 2 de l’année 2017)

Bibliographie

Ali, Zahra, 2012, Féminismes islamiques, Paris, La fabrique.

Bard, Christine, 1995, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard.

Bard, Christine, 2014, « “Mon corps est une arme”, des suffragettes aux Femen », Les temps modernes, no 678, p. 213-240.

Blais, Mélissa et Dupuis-Déri, Francis, 2014, « Antiféminisme : pas d’exception française », Travail, genre et sociétés, no 32, p. 151-156.

Boggio, Éwanjé-Épée Félix et Magliani-Belkacem, Stella, 2012, Les Féministes blanches et l’Empire, Paris, La Fabrique.

Butler, Judith, [1990] 2005, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte.

Dorlin, Elsa, 2008, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, PUF.

Dorlin, Elsa (dir.), 2009, Sexe, race, classe, Paris, PUF.

Dubesset, Mathilde, 2000, Des Femmes en mouvement, catholiques et protestantes au xxe siècle, Grenoble, Cahiers de Meylan.

Dupuis-Déri, Francis, 2004, « Féminisme au masculin et contre-attaque “masculiniste” au Québec », Mouvements, no 31, p. 70-74.

Dupuis-Déri, Francis et Lamoureux, Diane (dir.), 2015, Les Antiféminismes : analyse d’un discours réactionnaire, Montréal, Les Éditions du Remue-ménage.

Fraisse, Geneviève, 2014, Les Excès du genre, Paris, Lignes.

Groult, Benoîte, 2010, Le Féminisme au masculin, Paris, Grasset.

Guillon, Claude, 2008, Je chante le corps critique : les usages politiques du corps, Paris, H&O.

Harding, Sandra, 1993, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is Strong Objectivity? », dans L. Alcoff et E. Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York, Londres, Routledge.

Harding, Sandra (dir.), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader. Intellectual & Political Controversies, Londres, Routledge.

Hill Collins, Patricia, 1990, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empowerment, New York, Londres, Routledge.

hooks bell, 1999, Ain’t I a Woman: Black Women and Feminism, Boston, South End Press.

Las, Nelly, 2011, Voix juives dans le féminisme. Résonances françaises et anglo-américaines, Paris, Honoré Champion.

Latte, Abdallah Stéphanie, 2010, « Les féminismes islamiques au tournant du xxie siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, [En ligne], http://remmm.revues.org/6822.

Pahud, Stéphanie, 2011, Petit traité de désobéissance féministe, Neuchâtel, Arttesia Éditions.

Paveau, Marie-Anne, 2014, « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans É. Bidaud (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann, p. 207-241.

Puig de la Bellacasa, Maria, 2013, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan.

Quenemer, Nelly, 2012, « Les contradictions corps/langage comme moteur du rire. Parodies et incarnations de genre chez les humoristes femmes en France », dans L. Greco et N. Chetcuti (dir.), La Face cachée du genre : le rôle du langage dans la transmission et la contestation des normes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 85-103.

Riot-Sarcey, Michèle, 2008, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Haut de page

Notes

1 Pour aller vite, nous employons le terme composé textuel-sémiotique pour désigner cet ensemble.

2 Nous assumons l’emploi du terme race à l’anglophone, et conformément à de nombreux usages militants, et nous nous en expliquerons dans la présentation du numéro.

3 Même remarque sur arabe que pour l’emploi de race.

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org