Navigation – Plan du site

Corpographèses ou comment on/s’écrit le corps

Marie-Anne Paveau et Pierre Zoberman
p. 7-19

Texte intégral

Le concept de corpographèse

  • 1 Question que des penseurs si éloignés et d’époque et de problématique que Descartes et Merleau-Pont (...)
  • 2 Eleonora Sparvoli suggère, à propos de Proust, que le corps le plus difficile à lire et à comprendr (...)

1Le corps jouit d’un statut paradoxal : apparemment toujours déjà là et, de ce fait, donnée de l’expérience, non problématique, il est aussi une sorte d’énigme, source de plaisir et de douleur, et surtout d’angoisses, souvent socialement induites. Individuel, il est pourtant soumis à des mécanismes de contrôle social (religieux, médicaux, etc.). Contingent ou déterminé par un code génétique, il résiste à l’investissement du sens, tout en le suscitant néanmoins. Ce n’est pas seulement la question du sens d’énoncés qui affirment le rapport au corps (que veut dire exactement l’affirmation « J’ai un corps1 » ?), c’est celle de l’intelligibilité du corps même qui se pose : de la physiognomonie à la pseudo-science raciste du Troisième Reich, la forme du crâne ou du nez devient le lieu d’une production de sens. Les traits physiques sont associés à des caractères moraux ou à des caractéristiques ethno-raciales, faisant du corps un texte qu’on peut, voire qu’on doit interpréter. Le corps est posé comme signifiant, et il est l’occasion de l’institution de codes (souvent niée par l’affirmation d’une relation naturelle, allant de soi, entre le signifiant corporel et son signifié). Si la lecture projette rétroactivement un processus de marquage du corps qui lui donne sens, la culture écrit et décrit les corps dans une perspective également sémiotique : création littéraire de personnages ou invention ethnographique de types, un imaginaire de structure langagière est à la source de la production (fantasmatique) du corps signifiant. Ces processus d’écriture/lecture sont encore relayés par ceux de l’inscription du corps, c’est-à-dire aussi sur le corps, par des marquages concrets, matériels et/ou prothétiques : tatouages et scarifications, voire vêtements et ornements, et jusqu’à la gestuelle. Exposé au regard, et aux sens, le corps demande à être interprété – et le concept médical de symptôme pourrait ici être généralisé2.

  • 3 Les travaux des théoricien-ne-s queer ont beaucoup contribué à cette remise en cause (voir en parti (...)
  • 4 La « chronologie » de Foucault, qui fait remonter au discours médico-légal du milieu du xixe siècle (...)
  • 5 Voir Fanon 1952. On trouve une variante du caractère problématique de l’évidence de la couleur de p (...)

2Pour comprendre les enjeux de l’écriture du et des corps, il faut prendre conscience de la double illusion que provoquent son apparente immédiateté et son prétendu naturel. L’illusion du membre fantôme, chère à Descartes, n’a pas seulement été la source de plaisanteries infinies chez des générations d’élèves. Elle est le signe d’une difficulté à se connaître soi-même comme corps. Tout comme le système sexe/genre s’est vu remis en cause ces dernières années, comme donnée naturelle3, tout comme le caractère essentiel de l’identité sexuelle a été miné par une réflexion épistémologique historiciste4, le corps perd de plus en plus son statut d’évidence comme objet de connaissance, et ce dans les disciplines les plus diverses. On pourrait, à la rigueur, dresser une liste des traits physiques dont le sens serait effectivement « évident », mais même cette évidence-là est inséparable d’une projection interprétative qui surcharge le donné d’une inscription déjà valorisante. Les yeux orientaux renvoient culturellement au mystère. Les traits « sémites » sont indissociables d’une mémoire culturelle qui impose leur reconnaissance et qui leur associe une histoire fantasmatique… Même la couleur de la peau est une donnée contestable, comme le célèbre titre, Peau noire, masques blancs, le rappelle5. La dimension cognitive de l’appréhension du corps est ainsi l’occasion d’un supplément de sens toujours déjà là, mais en même temps parasitaire. De manière encore plus nette, les conclusions tirées de la couleur des cheveux (le roux connotant le diabolique, par exemple) renvoient à un savoir folklorique, d’autant plus efficace qu’il est moins sujet à la preuve et qu’il prend l’apparence d’une (pseudo-)science naturelle. L’homologie postulée entre morphologie corporelle et identité sexuelle relève de ce genre de projection, et le « poignet ramolli » (limp wrist) qu’on attribue aux homosexuels (attribution qui, comme c’est souvent le cas, a été reprise de manière mi-sérieuse mi-parodique par les gays eux-mêmes) est plus un phénomène de rhétorique de disqualification qu’une véritable « observation ». L’assignation d’un sens axiologique à un trait corporel renvoie le plus souvent à des discours sociaux. Ainsi, les pieds minuscules des Chinoises de l’élite impériale – et qui résultaient d’un lent et douloureux processus de modelage, au moyen de bandelettes – marquent leur statut socialement valorisé, parce qu’ils correspondent à l’inscription corporelle de l’inutilité du déplacement autonome. Une femme de la haute société n’avait pas plus besoin de marcher que les grands n’avaient à accomplir des travaux manuels, ce que leurs ongles démesurés et protégés par des cages signifiaient.

  • 6 Ce texte est publié en traduction dans le présent numéro.

3C’est l’ensemble de ces processus que le concept de « corpographèse » subsume. Le mot mérite une explication. Marie-Rose Logan avait forgé, pour titre du numéro de Yale French Studies qu’elle avait dirigé en 1975, le terme de graphesis, qui renvoyait aux réflexions contemporaines sur l’écriture et l’inscription – dans un contexte intellectuel marqué par la philosophie de Derrida, en particulier L’Écriture et la Différence, qui retraçait le curieux statut épistémologique dévalorisé de l’écriture, tout en mettant en avant l’illusion du sens, toujours en errance et la vanité de la recherche d’un signifié ultime. À près de vingt ans de distance, Lee Edelman forge à son tour homographesis, homographèse, pour l’essai éponyme de son livre de 19946. Cette fois, l’écriture dont il s’agit est celle, duelle, de l’identité et du corps. Comme terme et concept, corpographèse poursuit le paradigme. Le néologisme a surgi spontanément, à partir du mot homographèse et même à travers lui, dans les méandres d’une discussion un peu ludique entre les deux coordinateurs de ce numéro, à propos des catégories linguistiques d’homophone hétérographe (vers et verre), et d’homographe hétérophone, beaucoup plus rare en français (les poules du couvent couvent), l’homophone homographe restant le nec plus ultra de l’identité parfaite des signifiants (bourdon et bourdon). Corpographèse désigne l’inscription du sens sur le corps autant que l’inscription du corps comme sens. Par corpographèse, nous entendons donc une véritable mise en forme langagière, textuelle et sémiotique des corps. Toute une série de situations et de procédures plus ou moins clairement institutionnalisées favorisent en effet des marquages corporels qui sont de l’ordre de la corpographèse : militarisation du corps par les entraînements et les exercices, inscription de la religion par l’ascèse qui sculpte le corps comme l’exercice spirituel forme la pensée (processus éventuellement achevé par l’adoption d’une manière spécifique de se vêtir), modifications corporelles volontaires par adoption du « système de la mode » (habillement, coiffure, démarche, voire amaigrissement et modifications chirurgicales). Du fait de son objet même, ainsi que de la variété des processus engagés, cette sémiotique des corps met en jeu des approches et des disciplines multiples. Sur le corps se croisent des langages divers (visuels, mais qui relèvent du graphique ou du scriptural) et tout un imaginaire de référence. La photographie ou la peinture aussi bien que la littérature ou l’anthropologie tiennent un discours sur le corps, quitte à projeter littéralement le texte sur les corps.

Écritures du corps et sciences humaines et sociales

  • 7 Association EfiGiES : étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s en Études féministes, gen (...)
  • 8 On peut citer Littérature et identités sexuelles, deuxième numéro de la revue Poétiques comparatist (...)
  • 9 D’autres noms viennent bien sûr à l’esprit : Jean-Marie Brohm, Christian Bromberger, Gilles Boetsch (...)
  • 10 Pour une présentation de ce numéro de Corps, voir en fin de volume.

4Les réflexions sur l’écriture du corps sont particulièrement nécessaires aujourd’hui, à un moment où se développent des manières neuves de concevoir les notions de texte et de textualité, qui intègrent des éléments physiques et biologiques au texte et au langage. L’enjeu est donc très important, puisqu’il s’agit finalement de remettre en cause la coupure cartésienne, et d’une façon générale métaphysique, très fortement implantée en France dans les mentalités scientifiques, entre corps et esprit. Ce qu’Antonio Damasio appelait avec justesse « l’erreur de Descartes » (Damasio 2001 [1994]) est particulièrement manifeste dès que l’on se met à lire le corps, à décrypter le texte qu’il constitue – et institue – et à écouter les paroles qu’il délivre. Entre psyché et soma, pas de rupture ou de frontière étanche, mais plutôt un passage poreux et un continuum qui « incorpore » (au sens de « donner un corps », comme le verbe anglais to embody le dit sans doute mieux que le verbe français incarner) l’esprit autant qu’il spiritualise le corps. Le dialogue avec les États-Unis est d’autant plus important que les cultural studies ont, depuis longtemps, non seulement pris en compte les données extérieures, mais également travaillé des objets dits « non légitimes » en France. On sait d’ailleurs les réticences fréquentes en France à l’égard des cultural studies – tout comme le discrédit dans lequel les gender studies sont tenues, même si la situation commence à changer : sous les effets de traductions récentes d’ouvrages magistraux (Judith Butler, Eve Sedgwick, par exemple), de séminaires, colloques et conférences obstinément tenus par ceux que le mépris académique français n’a pas arrêtés (Marie-Hélène Bourcier, pour ne citer qu’elle), et des travaux de jeunes chercheurs de plus en plus nombreux qui mettent leur énergie en réseau et leur savoir en ligne (le réseau de jeunes chercheurs EFIGIES par exemple7), ou qui entreprennent des synthèses collectives (les trois volumes de Fresh Theory publiés sous la direction de Mark Alizart et Christophe Kihm entre 2005 et 2007), le « gender » fait de moins en moins sourciller les universitaires qui voient se développer un champ extraordinairement riche8. De plus, le corps, surgissant de plus en plus souvent dans les travaux scientifiques en France, apparaît de fait, par contraste, comme le refoulé des sciences humaines et sociales, ainsi que de la philosophie : un regard rétrospectif sur l’ensemble des travaux qui, au xxe siècle, ont approché l’homme et la nature humaine, montre une absence béante, celle du corps de ce même homme, de ses usages et de ses significations. Le corps est devenu, et cela n’est pas sans risque évidemment, un objet incontournable voire nécessaire des sciences de l’homme, ainsi qu’un paramètre indispensable dans l’observation des comportements humains quel que soit l’angle disciplinaire. Les limites matérielles de cette présentation ne nous permettent pas de décrire ici exhaustivement l’ensemble des travaux français sur le corps qui ont ouvert un champ désormais aussi important que dynamique, et notre propos est d’ailleurs plutôt centré sur les phénomènes d’écriture. Mais nous citerons, sans remonter au Foucault de l’Histoire de la sexualité, les travaux pionniers de Georges Vigarello, Jean-Jacques Courtine et Alain Corbin, auteurs de la monumentale Histoire du corps parue entre 2005 et 2007 (trois volumes), ceux de Bernard Andrieu (1993, 1994, 2002) et Philippe le Breton (1992, 2003 [1990])9, qui consacrent leurs recherches aux questions du corps depuis le tout début des années 1990, à une époque où la division cartésienne régnait encore. Ces dernières années, deux dictionnaires importants sont parus : en 2006, le Dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales dirigé par Andrieu aux éditions du CNRS et, en 2007, le Dictionnaire du corps dirigé par Michela Marzano aux PUF. La variété de leurs entrées montre avec éclat l’extrême dynamisme des études sur le corps et met rétrospectivement en lumière des travaux oubliés ou passés inaperçus à l’époque de leur parution. Mentionnons pour terminer le premier numéro de Corps (2007), revue interdisciplinaire consacrée à l’étude du corps, qui avait pour titre Corps écrits ; le troisième numéro contient les actes du colloque « Corps et couleurs »10.

  • 11 Il semble que des milieux et des époques particulièrement intéressés par le décryptage des signes a (...)

5Dans les domaines qui nous intéressent plus spécifiquement ici, ceux de la langue, de la littérature, des écritures et plus généralement des systèmes sémiotiques, la question du corps est encore traitée de manière balbutiante et ce numéro en propose un premier balisage. L’idée s’impose désormais que les productions dites de « l’intellect » comme le texte littéraire ou le discours en général ne sont pas coupées de l’affect, du biologique et du corporel. Nous défendons cette idée d’une corporéité des expressions textuelles et langagières comme d’une textualité et d’une sémioticité des expressions corporelles ; c’est l’une de celles qui organisent l’ensemble du numéro et qui ont fédéré les auteurs qui y sont rassemblés. Si Shoshana Felman pouvait noter il y a presque trente ans, dans Le Scandale du corps parlant, qu’« il n’y a pas d’acte sans inscription linguistique » (Felman 1980 : 128), le contexte actuel invite à faire la démarche inverse et à considérer qu’il n’y a pas d’inscription linguistique sans inscription corporelle, sans que la langue et le texte ne soient pris dans la matérialité du corps11.

  • 12 La tradition rhétorique avait déjà abordé la dialectique entre le volontaire et l’inconscient : si (...)

6La corpographèse est une matérialité, et la matérialité fait selon nous partie intégrante du texte/contexte de l’œuvre littéraire ou, plus généralement, langagière. Les directions relativement nouvelles de la linguistique cognitive ont amené à prendre en compte le corps d’une manière beaucoup plus importante que la tradition linguistique, sans se limiter aux signes annexes et aux gestes culturellement codés (expression de l’affirmation ou de la négation par des mouvements de tête, par exemple). Curieusement, l’oubli culturel des codes gestuels n’a été réellement examiné en littérature que de manière récente : la correspondance entre des gestes donnés et des contenus spécifiques dans le théâtre classique ou dans l’éloquence a bénéficié du renouveau des études rhétoriques. Les représentations du Mithridate de Racine, par exemple, par Eugène Green (chapelle de la Sorbonne, 1999), mettent en scène cette gestuelle conventionnelle (tout comme certaines productions récentes d’opéras baroques utilisent les conventions qui associent des paroles et des sentiments à des gestes précis et codifiés). Et les arts du spectacle d’autres cultures présentent également des codes établis (le kabuki, par exemple). Mais le mime, voire la gestuelle codifiée des tragédies classiques sont des discours du corps qui en font le substitut d’un texte verbal. La corpographèse s’étend à des domaines moins immédiatement perceptibles : la gestuelle comme expression du corps est toujours socialement surdéterminée, certes, mais elle n’est pas pour autant limitée à des codes répertoriés et établis de manière normative12. Figures politiques, enseignant-es, gens du spectacle ont depuis longtemps dû prendre conscience du langage du corps. Surtout, la corpographèse prend acte du fait que le corps est (lu comme) signifiant, même sans passer par l’hypothèse d’une substitution au langage verbal, ou d’une imitation. La corpographèse est ainsi la reconnaissance que le corps ne redit pas un sens déjà produit par un énoncé verbal, mais qu’il peut produire ce sens et cet énoncé par des processus d’inscription spécifiques. L’actualité, au moment où ces pages sont écrites, en fournit un témoignage net. Devant les délégués réunis pour la convention nationale du parti démocrate à Denver, Hillary Rodham Clinton, candidate malheureuse à l’investiture comme candidate du parti démocrate à l’élection présidentielle américaine, a prononcé, le 26 août 2008, un discours avidement commenté par les médias. L’article du New York Times, en première page, s’ouvre par le compte rendu suivant :

  • 13 « With her husband looking on tenderly and her supporters watching with tears in their eyes, Senato (...)

Sous le regard tendre de son mari et devant ses partisans qui l’observaient avec des yeux pleins de larmes, le sénateur Hillary Rodham Clinton a renoncé à ses rêves personnels mardi soir et prononcé un plaidoyer appuyé à la convention démocrate nationale pour que tous s’unissent derrière son rival, le sénateur Barack Obama, en dépit de toute animosité résiduelle potentielle13.

7On se trouve ici à la frontière entre le littéraire proprement dit, le discursif et le social. Tant le regard tendre de Bill Clinton que les larmes aux yeux des partisans, et même le caractère « emphatic » du plaidoyer d’Hillary Clinton inscrivent des indices de corporalité signifiants.

Pour une approche corpographique des textes

8Ce numéro d’Itinéraires LTC s’inscrit dans ces nouvelles perspectives et vise à participer au renouvellement de l’approche des textes, qu’ils soient littéraires ou plus largement sémiotiques, même dans un dispositif non verbal, ou avec des fonctionnements sémiotiques mixtes (posturo-verbal, verbo-iconique, etc.). Il voudrait également susciter une nouvelle négociation entre corps et esprit, permettre de repenser les frontières entre l’externe et l’interne et d’ouvrir les productions langagières à leurs contextes de production en intégrant les données biologiques et corporelles. Les nouveaux espaces littéraires étant aussi de nouveaux espaces sémiotiques, la littérature peut (doit ?) être pensée en articulation avec les autres expressions langagières et dans des contextes culturels et historiques différents et spécifiques. C’est ce que reflète l’architecture du présent volume, qui fait une large place à des articles sur des corpus non littéraires, mais qui concernent cependant le littéraire si le littéraire peut être pensé en relation avec ses extérieurs. Ce n’est pas seulement que la littérature, comme production culturelle sociale, intègre les savoirs de l’épistémè du sein de laquelle elle émerge. Michael Finn lisant dans Proust la traduction des conceptions médicales du père de ce dernier, ou Patrick Dandrey recherchant la nature du mal que Le Malade imaginaire dramatise ne sont que deux exemples de l’interpénétration des discours et de l’utilisation de l’œuvre littéraire comme instrument herméneutique. Plus généralement, les éditeurs du volume sont soucieux d’ouvrir le champ d’investigation à l’ensemble vaste et polymorphe des discours du corps au moins autant qu’à celui des discours « sur » le corps.

9Corpographèses : corps écrits, corps inscrits part donc de problématiques textuelles et littéraires pour suivre leur développement dans des systèmes mixtes, pour enfin aborder le corps lui-même comme texte. Il rassemble des auteurs de provenances diverses, tant géographiques que disciplinaires : des spécialistes reconnus de la littérature comme des gay et queer studies anglo-saxonnes (l’Américain Lee Edelman et le Britannique Guy Snaith), accompagnés d’homologues français (Pierre Zoberman), côtoient des linguistes (Hugues de Chanay, Marie-Anne Paveau et Laurence Rosier), un philosophe (Bernard Andrieu) et une anthropologue (Dominique Chevé). Les corpus étudiés reflètent cette diversité : textes littéraires, formes langagières, tatouages scripturaux, postures corporelles, photographies d’art. Cette variété des points de vue et des approches culturelles nous a semblé nécessaire pour ouvrir les approches textuelles et littéraires à d’autres objets, espaces d’investigation et problématiques, condition de leur renouvellement.

10La première partie, « Corps en mots, corps en textes », propose deux modalités selon lesquelles le corps est dit, c’est-à-dire aussi pensé, ou plutôt rendu intelligible, par les mots de la langue, dans le langage ordinaire et, tout particulièrement, en contexte littéraire – puisqu’il est entièrement construit par le texte.

11La littérature, surtout le texte romanesque, est traditionnellement le lieu de la production de personnages dotés de corps (et c’est d’ailleurs l’une des pratiques de la modernité que de frustrer l’attente des lecteurs dans ce domaine, comme en témoignent, par exemple le travail de Beckett ou les monologues intérieurs du Dîner en ville de Claude Mauriac). Dans « Prototypes chez Proust : à la recherche du corps perdu », Pierre Zoberman montre comment Proust construit des personnages dont le corps est le support d’une identité. Le Juif et l’homosexuel, les deux essences qui émergent à mesure que le roman progresse, que le temps passe et que la société contemporaine semble se désintégrer, sont déchiffrables et identifiables dans et par leur corps, que le narrateur apprend à lire, au point que leur sens (et leur secret) lui devient une évidence douloureusement criante. Cet apprentissage reflète en miroir le travail d’écriture de Proust qui construit et retouche ses personnages, afin de faire émerger une identité qui, tout en les désindividualisant, permet aussi de les nommer proprement, c’est-à-dire de reconnaître l’espèce à laquelle leur corps les assigne.

12Dans « Singer ou de la répétition des mots à l’imitation des corps », Laurence Rosier étudie la manière dont la corporalité est transcrite dans le discours rapporté. Il s’agit donc d’un discours rapporté du corps, mais dans une perspective qui débouche sur une mise en valeur de la dimension axiologique de ce discours : la corporalité est elle-même vue comme singeant les pratiques auxquelles elle donne corps. Rosier met en évidence la facilité avec laquelle on passe de l’imitation (adoption ou adaptation d’une corporalité valorisée) à une version dévalorisée, vue comme une manière de « singer ».

13La deuxième partie, « Signes du corps : postures, écritures, signatures », rassemble des articles qui reposent sur l’idée que le corps est sémiotisé par des signes qu’il produit lui-même : des marqueurs corporels comme les postures, les tatouages, les marques, ornements et attributs divers sont en effet des écritures que le corps produit, les portant littéralement sur lui et les donnant à lire au récepteur qui passe par là selon des dispositifs communicationnels parfois hétérodoxes.

  • 14 La difficulté de s’assurer du sens d’un énoncé avait été abordée par Guido Almansi dans le numéro s (...)

14« Singer » suppose que l’on imite plus ou moins consciemment, des gestes et des attitudes, que l’on peut percevoir et rapporter. Mais le sens du discours corporel n’est pas forcément, ni même prioritairement, intentionnel (au sens où il serait contrôlé consciemment). Les arts du geste (du mime aux mouvements qui accompagnent la déclamation) visent à faire entendre un sens, à soutenir ou à remplacer le discours verbal. Même le clin d’œil de connivence, qui dément un énoncé verbal explicite, renvoie à cette dimension intentionnelle. Mais le corps peut tout aussi bien démentir ou corriger les énoncés verbaux explicites. Pour en rester à l’exemple de la récente convention nationale du parti démocrate à Denver, les journalistes épiaient le comportement, les attitudes, les indices corporels qui pouvaient révéler chez Hillary Clinton une animosité secrète, dont son discours évoquait la possibilité chez ses partisans, démentant l’appel à voter pour son rival heureux, Barack Obama. On pourrait parler d’une dimension corpoironique du discours, dans la mesure où le discours du corps révélerait une distance entre l’énoncé et le sens14. C’est précisément à un déchiffrage du discours corporel que Hugues de Chanay procède dans son article, « Corps à corps en 2007 : Nicolas Sarkozy face à Ségolène Royal ». Il propose un système de description et d’analyse des messages transmis par les postures et les gestes des deux candidats, à partir du postulat que le discours est par nature fondamentalement multidimensionnel qui entrelace le gestuel, le postural, et le mimique au verbal.

15C’est également cette conception de l’hétérogénéité sémiotique du discours qui sous-tend l’article de Marie-Anne Paveau, « Une énonciation sans communication : les tatouages scripturaux ». À partir d’un corpus inédit en sciences du langage, elle montre que la dimension communicationnelle de l’échange verbal, presque universellement admise dans les disciplines texte-discours et même postulée alors même que les textes n’offrent pas d’indices de deixis et de marques énonciatives, peut être inexistante ou tout au moins ne pas se déployer selon la version standard qui propose un énonciateur et un énonciataire. En effet, les tatouages scripturaux, dont les modalités de production sont extrêmement variées, produisent un sens qui n’est parfois pas lisible par leur porteur même. Il semble alors que la dimension référentielle du signe (sa relation avec un référent objet du monde) prime sur la dimension sémantique (la construction du sens via le signifié). Le tatouage scriptural, qui est véritablement un énoncé inscrit sur la surface corporelle, a donc peut-être une autre fonction que la communication, une fonction directement connectée à la dimension « bio » : autobiographie, biosubjectivité, bioréférentialisme.

16C’est encore aux signes transmis par le corps que l’article de Guy Snaith, « Corps dessinés, corps créés, corps signés “Tom of Finland” », s’intéresse. Si Pierre Zoberman proposait une réflexion sur la construction littéraire de corps, il s’agit ici d’une production graphique de corps qui émettent les signes d’une virilité hyperbolique et qui portent, en outre, des vêtements et des accessoires renvoyant aussi à des mythes de la masculinité (vêtements de cuir, motos, uniformes, fouets, etc.). Ces signes sont devenus, en grande partie du fait du travail de Touko Laaksonen, alias Tom of Finland, les attributs d’un type d’homme gay, le clone, permettant ainsi à tout un groupe de revendiquer une masculinité autre, mais néanmoins évidente, et de briser l’association automatique entre homosexualité et efféminement. Les signes du corps sémiotisent alors directement le genre, montrant par là même à quel point il est affaire de signe justement, bien loin du naturalisme et de l’essentialisme des conceptions traditionnelles du masculin et du féminin.

17Avec Tom of Finland, la question des signes émis ou portés par le corps déborde clairement sur celle des constructions identitaires, assumées ou imposées de l’extérieur. C’est cette dimension de la corpographèse que la troisième partie du volume, « Identités, socialités, subjectivités », aborde explicitement. Le corps est en effet le lieu privilégié de la construction et de la projection identitaires, culturelles et sociales ; longtemps considéré comme individuel, propre et intime, le corps possède en fait un fonctionnement collectif qui implique profondément l’autre du rapport social.

18Dans « Homographèse : identité corporelle et différence sexuelle » (article éponyme de son livre, Homographesis), Lee Edelman identifie et analyse le processus duel de l’homographèse, qui cherche à stabiliser l’identité corporelle, par peur de la différence sexuelle, tout en établissant dans le même mouvement l’impossibilité de toute ressemblance définitive à soi – l’homographèse se situe dans la lignée de l’écriture/inscription telle que Derrida l’avait scrutée il y a trois décennies. L’obsession de la société (hétéronormative) est de fixer de manière lisible sur le corps la marque de l’homosexualité. La peur sociale fondamentale qui est au cœur de ce désir peut s’exprimer en termes linguistiques comme celle de l’homographe : il s’agit d’éviter que deux corps semblables puissent renvoyer à deux identités sexuelles différentes, et il est primordial, en somme, de s’assurer que l’on peut reconnaître l’homosexuel, alors même que le principe d’identification introduit toujours la possibilité d’une différence qui passerait inaperçue.

19Constatant que les phénomènes de marquage du corps glissent, dans les sociétés occidentales contemporaines, de l’identité du groupe à des réappropriations individuelles (qu’elles soient identitaires ou non) du corps, Bernard Andrieu propose le concept d’hybrigraphèse pour désigner une technique corporelle pour « in-scrire » la marque subjective en y montrant la modification du vécu, du schéma et de l’image corporels, technique qui transformerait la corpographèse, vue comme une inscription du corps par la société, en une autocorpographèse conçue comme versant positif, en ce qu’elle permettrait réellement l’inscription du sujet. Du contact entre ethnologue et populations « primitives », au cyborg, en passant par l’artérotique, c’est-à-dire par une démarche en trois étapes, « épistémologique », « esthésiologique » et « biotechnologique », on passe de ce que Foucault appelait les technologies du sujet aux technologies de l’hybridation.

20Achevant cette exploration des corps sémiotiques et sémiotisés, Dominique Chevé propose une lecture anthropo-logique des photographies de Karl Lakolak (voir Lakolak 2008), dont on trouvera quelques exemples dans le présent volume. Elle montre comment les corps saisis par l’artiste deviennent des textes métamorphiques offerts autant à la lecture qu’au regard. Les corps de Karl Lakolak semblent figurer leur mise en sens même, en matérialisant leur graphèse elle-même enregistrée par la photographie.

21Si le corps est textuel ou graphié, si le texte est corporel ou incorporé, alors ce sont les notions de texte et de corps elles-mêmes qui se voient reconfigurées. Les données langagières et textuelles ont jusqu’à présent été observées, tant en littérature qu’en sciences du langage, et dans d’autres disciplines préoccupées par les signes verbaux, comme objets propres, justiciables d’une analyse monodisciplinaire, les données extérieures, comme le corps, étant envisagées comme des contextes autour, à côté ou en dehors. Ce que nous disent les approches présentées dans ce numéro, c’est que la frontière entre les ouvrages de l’esprit et les performances du corps doit être redessinée, que la notion même d’esprit peut être pensée, de manière externaliste, comme une forme matérielle, et que, réciproquement, le corps et ses réalités charnelles ont des propriétés mentales. Que l’esprit et le corps sortent chacun de leur autonomie conceptuelle et que leur continuité nous ouvre un champ d’investigation encore inédit, c’est ce que veulent signifier les itinéraires corpographiques tracés dans ce numéro.

Haut de page

Bibliographie

Alizart, M. et Kihm, C. (dir), 2005 et 2007, Fresh Theory, Paris, Léo Scheer, 3 vol.

Almansi, G., 1978, « L’affaire mystérieuse de l’abominable “tongue-in-cheek” », Poétique, no 36, p. 413-426.

Andrieu, B., 1993, Le Corps dispersé. Une histoire du corps au xxe siècle, Paris, L’Harmattan.

—, 1994, Les Cultes du corps : éthique et sciences, Paris, L’Harmattan.

—, 2002, La Nouvelle Philosophie du corps, Ramonville Saint-Agne, Érès.

— (dir.), 2006, Dictionnaire du corps en sciences humaines, Paris, CNRS Éditions.

Butler, J., 1990, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York et Londres, Routledge. [Trad. fr. 2005, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.]

—, 1993, Bodies That Matter: On the Discursive Limits of Sex, New York et Londres, Routledge.

Damasio, A., 2001 [1994], L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, M. B. M. Blanc (trad.), Paris, Odile Jacob.

Desjardins, L., 2001, Le Corps parlant : savoir et représentations des passions au xviie siècle, Montréal et Paris, Presses de l’Université Laval-L’Harmattan.

Fanon, Fr., 1952, Peau noire, masques blancs, Paris, Le Seuil.

Felman, S., 1980, Le Scandale du corps parlant. Dom Juan avec Austin ou la séduction en deux langues, Paris, Le Seuil.

Finn, M., 1999, Proust, the Body and Literary Form, Cambridge, Cambridge University Press.

Foucault, M., 1976, Histoire de la sexualité I. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Halperin, D. M., 2002, How to Do the History of Homosexuality, Chicago, The University of Chicago Press.

Hawley, J. C., 2001, Postcolonial, Queer: Theoretical Intersections, Albany, SUNY Press.

Lacqueur, T., 1992, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard [Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1990].

Le Breton, D., 1992, La Sociologie du corps, Paris, PUF.

—, 2003 [1990], Anthropologie du corps et Modernité, Paris, PUF.

Marzano, M. (dir.), 2007, Dictionnaire du corps, Paris, PUF.

Sparvoli, E., 1997, Contro il corpo. Proust e il romanzo immateriale, Milan, Francoangeli.

Tomiche, A. et Zoberman, P. (dir.), 2007, Littérature et identités sexuelles, no 2 de Poétiques comparatistes.

Stein E., 1990, Forms of desire. Sexual Orientation and the Social Constructionist Controversy, New York, Garland Press.

Vigarello, G., Courtine, J.-J. et Corbin, A., 2005-2006, Histoire du corps, Paris, Le Seuil, 3 vol.

Zanger, A., 1995, « État de génération et génération de l’état (sic) : la représentation du corps politique dans le mariage de Louis XIII », dans R. W. Tobin (dir.), Le Corps au xviie siècle. Actes du… colloque… de Santa Barbara (17 mars 1994), Paris, Seattle et Tubingen, PFSCL, « Biblio 17 ».

Zoberman, P. (dir.), 2008, Queer : écritures de la différence ?, t. 2, Représentations : artistes et créations, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Question que des penseurs si éloignés et d’époque et de problématique que Descartes et Merleau-Ponty ont traitée sous l’angle du rapport entre le corps et l’âme.

2 Eleonora Sparvoli suggère, à propos de Proust, que le corps le plus difficile à lire et à comprendre, en tout cas chez Proust, c’est celui qui se manifeste à nous en quelque sorte de l’intérieur, notre propre corps. Sur ce point, voir Zoberman, ici même, p. 25.

3 Les travaux des théoricien-ne-s queer ont beaucoup contribué à cette remise en cause (voir en particulier Butler 1990 et 1993). Le « sexe » lui-même a une histoire, qui oscille entre un modèle monosexué et un modèle bisexué (cf. Lacqueur 1992).

4 La « chronologie » de Foucault, qui fait remonter au discours médico-légal du milieu du xixe siècle l’invention de l’homosexuel (Foucault 1976) est aujourd’hui une véritable doxa – qu’Halperin défend avec acharnement ; son insistance sur la nécessité d’une morphologie pour parler véritablement d’homosexualité est particulièrement pertinente ici (Halperin 2002, en particulier l’introduction, « In Defense of Historicism », 1-23, et le dernier chapitre, « How to Do the History of Male Homosexuality », 104-137). On trouvera dans Stein 1990 un état de la controverse entre conceptions essentialiste et constructionniste de l’identité. Pour un parcours récent, en français, voir Tomiche et Zoberman 2007 (Introduction). Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, les réflexions postcoloniales remettent en cause la doxa (voir par exemple les articles réunis dans Hawley 2001).

5 Voir Fanon 1952. On trouve une variante du caractère problématique de l’évidence de la couleur de peau, sous forme inversée, dans une chanson célèbre des années 1920 : « I’m white inside, It don’t help my case. ’Cause I can’t hide, what is on my face » (Black and Blue, musique de Thomas « Fats » Waller et Harry Brooks, paroles d’Andy Razaf).

6 Ce texte est publié en traduction dans le présent numéro.

7 Association EfiGiES : étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s en Études féministes, genre et sexualités, http://www.efigies.org

8 On peut citer Littérature et identités sexuelles, deuxième numéro de la revue Poétiques comparatistes (voir Tomiche et Zoberman 2007), avec en particulier l’article de Mireille Rosello sur le film Dirty Pretty Things de Stephen Frears (123-144), et Queer : écritures de la différence ? (2008), avec dans le tome 2, l’analyse que fait Uta Fenske de Tea and Sympathy, et en particulier de la démarche masculine, inspirée des travaux de Judith Butler sur le genre comme performance (Zoberman 2008 : 139-148) ; dans le même volume, Richard Goodkin étudie l’ambiguïté sexuelle dans L’Aialante de Jean Vigo, à partir de sa manière de filmer les mains du père Jules et du discours qu’elles provoquent (ibid. : 133-138).

9 D’autres noms viennent bien sûr à l’esprit : Jean-Marie Brohm, Christian Bromberger, Gilles Boetsch, Didier Fassin, Christophe Dejours, Françoise Héritier, etc.

10 Pour une présentation de ce numéro de Corps, voir en fin de volume.

11 Il semble que des milieux et des époques particulièrement intéressés par le décryptage des signes aient rendu (ou perçu comme) signifiantes jusqu’aux fonctions corporelles, voire en aient fait le support d’un discours idéologique. L’ouvrage de Kantorowicz, The King’s Two Bodies (1957), avec son opposition entre le corps matériel et le corps symbolique/politique du roi, rend compte de tout un aspect de la pensée de l’Ancien Régime. Mais le corps matériel fournit aux chroniqueurs ou théoriciens de la monarchie un support pour leur discours idéologique. Ainsi Abbie Zanger lit la mention récurrente des gouttes de sueur sur le front d’Anne d’Autriche dans les descriptions du mariage de Louis XIII comme faisant partie d’une stratégie discursive étatique absolutiste plus large (Zanger 1995).

12 La tradition rhétorique avait déjà abordé la dialectique entre le volontaire et l’inconscient : si Boileau, citant Horace, affirme, dans l’Art poétique : « Pour me tirer des pleurs, il faut que vous pleuriez » (III, 142), Bernard Lamy, dans sa Rhétorique ou l’Art de parler, fait des figures l’expression directe des passions qui agissent sur les organes de la parole (l’exclamation résultant ainsi d’une poussée des esprits animaux). Sur le rapport entre passion et corps qui parle, voir Desjardins 2001.

13 « With her husband looking on tenderly and her supporters watching with tears in their eyes, Senator Hillary Rodham Clinton deferred her own dreams on Tuesday night and delivered an emphatic plea at the Democratic National Convention to unite behind her rival, Senator Barack Obama, no matter what ill will lingered » (New York Times, 27 August 2008 ; traduction de Pierre Zoberman).

14 La difficulté de s’assurer du sens d’un énoncé avait été abordée par Guido Almansi dans le numéro spécial de Poétique consacré à l’ironie en 1978. Son titre, « L’affaire mystérieuse de l’abominable “tongue-in-cheek” », jouant sur l’expression anglaise, rattachait l’indécidabilité à un mouvement imperceptible (Almansi 1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Paveau et Pierre Zoberman, « Corpographèses ou comment on/s’écrit le corps », Itinéraires, 2009-1 | 2009, 7-19.

Référence électronique

Marie-Anne Paveau et Pierre Zoberman, « Corpographèses ou comment on/s’écrit le corps », Itinéraires [En ligne], 2009-1 | 2009, mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://itineraires.revues.org/321

Haut de page

Auteurs

Marie-Anne Paveau

Université Paris 13, CENEL

Articles du même auteur

Pierre Zoberman

Université Paris 13, CENEL

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org