Navigation – Plan du site
Les modernités en régime mondial : configurations géoculturelles

Les modernités littéraires sont-elles une affaire occidentale ?

Anne Tomiche
p. 29-42

Résumés

Bien que le décentrement de la perspective eurocentrique soit depuis longtemps une approche banale dans les études historiques, l’analyse de la relation entre les modernités littéraires et artistiques occidentales et non occidentales se base encore souvent sur l’idée d’une centralité (spatiale et temporelle) des modernités occidentales qui aurait été « diffusée » en dehors de l’Occident. Depuis environ quinze ans, la notion de « modernités alternatives » s’est développée pour justifier l’existence de modernités ailleurs qu’en Occident et sous d’autres formes que les formes occidentales. Cette notion offre la possibilité de repenser aussi bien la temporalité que la spatialité des modernités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Eric J. Hobsbawn, The Age of Empire, New York, Pantheon Books, 1987 ; trad. L’èr (...)
  • 2 Voir, en particulier, Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World. Global Connections and C (...)
  • 3 Sciences humaines, no 185, août-septembre 2007, « L’autre Histoire du monde », dossier coordonné pa (...)
  • 4 C’est le titre de son livre, Provincializing Europe, Princeton, Princeton University Press, 2000 (r (...)

1Le terme de « modernités » rapporté à l’histoire littéraire ne recouvre ni les mêmes contenus ni les mêmes repères chronologiques que le terme rapporté à l’histoire du monde. Utilisé par un historien, le terme de « modernité occidentale » peut renvoyer aux grandes découvertes et à la Renaissance, inclure les Lumières, la Révolution française, la révolution industrielle, les révolutions bourgeoises du xixe siècle, jusqu’à la mondialisation du xxe siècle. Que la perspective soit marxiste et explique la naissance de la société moderne, la mondialisation et les bouleversements du xxe siècle par le développement du capitalisme, de sa naissance au xviiie siècle à son avènement, en passant par ses crises et ses transformations1, ou que la perspective soit celle d’une « histoire globale » et cherche, à l’instar d’un historien comme Christopher A. Bayly, à tisser des liens entre les anecdotes de la microhistoire et les dynamiques de la macrohistoire, la question de la naissance et du développement du « monde moderne », envisagée aujourd’hui dans une perspective historique, conduit à dépasser les cadres nationaux, et à « décentraliser » l’histoire de la modernité2. Témoigne de l’importance prise, en France même, par un tel élargissement de la perspective, le « dossier » que le mensuel à large diffusion, Sciences humaines, consacrait, en août-septembre 2007, à « L’autre Histoire du monde », mettant l’accent sur la nécessité ressentie par les historiens contemporains, en France et dans le monde anglo-saxon, de « décentrer l’Europe3 ». Si les auteurs anglo-saxons rattachés aux Subaltern Studies ont été les premiers, au milieu des années 1980, à insister sur la nécessité de redonner voix aux « sans-voix » de l’histoire coloniale, et s’ils se sont attachés, pour cela, à déconstruire « l’archive coloniale », un historien comme Dipesh Chakrabatry affirme aujourd’hui la nécessité de « provincialiser l’Europe4 », c’est-à-dire de déconstruire les concepts qui permettent de penser la « modernité » et qui sont construits et ancrés dans une tradition européenne :

  • 5 Ibid., p. 4.

The phenomenon of “political modernity”—namely, the rule by modern institutions of the state, bureaucracy, and capitalist enterprise—is impossible to think of anywhere in the world without invoking certain categories and concepts, the genealogies of which go deep into the intellectual and even theological traditions of Europe5.

  • 6 Peter Bürger, Prosa der Moderne, Francfort s. Main, Surhkamp Verlag, 1988 ; trad. La Prose de la mo (...)
  • 7 Voir, par exemple, Antoine Compagnon, Les Cinq paradoxes de la modernité, Paris, Seuil, 1990. Voir (...)
  • 8 Pour Hugo Friedrich, Baudelaire est « le poète de la modernité » – c’est le titre du chapitre II de (...)

2En matière littéraire, la notion de « modernités » – qu’il convient de mettre au pluriel pour rendre compte des diverses acceptions que peut prendre le terme – est temporellement plus circonscrite que la notion appliquée à l’histoire occidentale et mondiale puisque, quels que soient les décalages entre les diverses traditions critiques et historiographiques occidentales, qu’on le désigne par le terme de Modernité, par celui de Modernism, de Moderne, ou par celui de Modernismo, c’est globalement d’un phénomène de la fin du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle qu’il s’agit. Certes, et pour se limiter à un point de vue « occidental », selon que l’on se place du côté de la tradition et de la critique historiographique française, anglo-américaine, allemande ou hispanique et latino-américaine, le contenu que recouvrent les termes de « modernité », « modernism », « Moderne » et « modernismo » n’est pas superposable, pas plus que ne le sont les chronologies qu’ils délimitent. L’emploi du concept de modernité dans l’histoire littéraire et dans l’histoire de l’art n’est pas homogène et, comme le souligne Peter Bürger, « l’unanimité ne règne ni sur la question des débuts de la modernité, ni sur ses possibles définitions, ni finalement sur les auteurs qui relèvent d’elle6 ». Si, en France, la notion esthétique de modernité est assez communément associée à Baudelaire, à la publication des Fleurs du mal et de l’essai sur « le Peintre de la vie moderne7 », et si la tradition des théoriciens allemands (aussi bien Benjamin et Adorno qu’Hugo Friedrich) considère 1848 comme la coupure décisive et voit aussi en Baudelaire le premier auteur important de la modernité8, les historiens du modernisme anglo-saxon tendent à situer ce mouvement entre le tout début du xxe siècle et la Seconde Guerre mondiale, avec une sorte de noyau central constitué par le High Modernism des années 1910-1930 et la parution des grandes œuvres du canon moderniste, celles de Pound, d’Eliot, de Faulkner, de Stein, de Joyce ou de Woolf en particulier, tandis que dans la tradition hispano-américaine, c’est à la décennie 1880-1890 que l’on fait remonter les fondations du modernismo, décennie où paraissent les ouvrages du Nicaraguayen Rubén Darío, des Mexicains Salvador Díaz Mirón et Manuel Gutiérrez Najera, du Cubain Julián del Casal, ou du Colombien José Asunción Silva.

  • 9 Sur les relations, de convergence comme de divergence, les points de contact et les décalages entre (...)
  • 10 Hugo Friedrich, Die Struktur der modernen Lyrik, Hambourg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1956 ; trad. (...)

3Les contenus sémantiques que recouvrent les « modernités » sous leurs différents vocables varient eux aussi, ne serait-ce que dans le contexte occidental9. Si Hugo Friedrich voyait dans la modernité poétique « un romantisme déromantisé10 », Henri Meschonnic définit la modernité à partir des termes de « critique » et de « provocation » :

  • 11 Henri Meschonnic, Modernité, Modernité, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1988, p. 17.

La modernité n’est pas un mouvement. Ne se confond avec aucun de ceux qu’on énumère. La modernité est critique, et s’inverse en critique de la modernité. Elle est provocation. Mais la provocation, en elle-même, n’est pas moderne11.

  • 12 Berkeley, University of California Press, 1971.
  • 13 Londres, Penguin Books, 1976.
  • 14 Catherine Bernard, « L’autonomie moderniste en question », Modernité/Modernism, études réunies par (...)

4Il ne s’agit pas ici de reconstruire l’histoire et la cartographie théorique de la catégorie esthétique de la (des) « modernité(s) » – catégorie qui varie et a évolué à la fois dans l’espace (d’une tradition nationale à l’autre) et dans le temps (au sein d’une même tradition nationale) – puisque non seulement les termes désignant les différentes formes de « modernité » ne recouvrent pas la même chose selon la tradition critique dans laquelle on se place mais, qui plus est, ce que désigne le concept a évolué au sein même des différentes traditions critiques et historiographiques. Catherine Bernard a ainsi bien montré comment ont évolué, à l’intérieur même de la tradition critique anglo-américaine, la définition et la lecture du Modernism et de ses enjeux formels et idéologiques, depuis The Pound Era de Hugh Kenner12 jusqu’aux infléchissements matérialistes des « Nouvelles études modernistes » (les New Modernist Studies) en passant par les approches panoramiques qui, dès la fin des années 1970 et à l’instar du volume de Malcolm Bradbury et James McFarlane, Modernism. A Guide to European Literature 1890-193013, cherchent à contextualiser le « Modernism » en subordonnant l’étude de ses mutations génériques (en matière de poésie, de roman et de théâtre) à celle d’un contexte culturel et idéologique et à un inventaire de ses lieux (Berlin, Vienne, Prague, Chicago et New York, Paris et Londres)14.

  • 15 Voir Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, A (...)
  • 16 Voir, par exemple, le manifeste fondateur de la « world history » : Anthony G. Hopkins (dir.), Glob (...)
  • 17 Voir, par exemple, Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Par (...)
  • 18 Henri Meschonnic, Modernité, Modernité, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1988, p. 27.

5Si le décentrement de la perspective eurocentrée est, depuis au moins la tradition de l’école des Annales15 et jusqu’aux développements de la world history16 et de « l’histoire globale17 », une approche qui s’est généralisée dans les études historiques, on ne peut pas tout à fait en dire autant pour ce qui concerne les études littéraires. Henri Meschonnic commence le chapitre intitulé « Où a lieu la modernité ? » de Modernité, Modernité en affirmant : « La modernité. Inutile d’ajouter : occidentale. La modernité est européenne. Et si on appelle Occident l’Europe plus l’Amérique du Nord, elle est occidentale18. »

  • 19 Pascal Dethurens, De l’Europe en littérature. Création littéraire et culture européenne au temps de (...)
  • 20 Annick Benoît-Dusausoy et Guy Fontaine, Lettres européennes : histoire de la littérature européenne(...)

6De fait, nombreux sont ceux qui postulent, explicitement ou implicitement, que la modernité (les modernités dans leur diversité) serai(en)t d’essence européenne. C’est, par exemple, le cas de Pascal Dethurens dans De l’Europe en littérature. Création littéraire et culture européenne au temps de la crise de l’esprit (1918-1939). Citant Michel Raimond qui, dans La Crise du roman français, des lendemains du naturalisme aux années vingt, souligne que cette période est celle où l’on découvre, en France, Thomas Mann, Rilke, Conrad, Dostoïevski ou encore Pirandello, Pascal Dethurens en conclut : « Ainsi naît véritablement l’hypothèse conceptuelle de la littérature européenne à l’aube de la modernité19. » L’« aube de la modernité » est donc associée à l’« hypothèse conceptuelle de la littérature européenne » – et ce parce que la France découvre les littératures étrangères, la liste étant d’ailleurs fort opportunément pour le propos réduite à des auteurs considérés comme européens. Dethurens n’est pas le seul à effectuer une telle association entre « modernité » et « Europe ». La volumineuse histoire de la littérature européenne publiée par Annick Benoît-Dusausoy et Guy Fontaine, Lettres européennes20, consacre tout un chapitre, intitulé « modernisme et avant-garde », aux modernités européennes et passe en revue « la modernité en France », « le modernisme en Angleterre », « d’autres tendances modernistes » (où l’on retrouve Rilke, Thomas Mann, Doblin, Pessoa, Pirandello, Marina Tsvétaeva ou Nabokov), « la révolte futuriste », « l’expressionnisme », « la révolte dadaïste », « le surréalisme », etc. Le présupposé sur lequel reposent les analyses d’un tel chapitre est celui d’une identité européenne de ce qui est désigné par « modernité », « modernisme » et « avant-garde ».

  • 21 Un tel présupposé est à rattacher, au-delà de la question de la (des) modernité(s), à la promotion, (...)
  • 22 Marjorie Perloff, « Pound/Stevens: whose era? », The Dance of the Intellect, Evanston (Illinois), N (...)

7Or un tel présupposé, s’il permet d’affirmer une Europe de la culture21, est très problématique. Contrairement à des moments de l’histoire littéraire comme le romantisme ou le baroque (et encore), le modernisme – sous ses différentes appellations de modernité, modernism, modernismo – pose problème dans le cadre d’une approche « européenne » du fait littéraire. Les histoires de la « littérature européenne » qui s’attachent à présenter le « modernisme » comme un mouvement européen recourent en général, et c’est le cas des Lettres européennes, à une définition du mouvement qui combine des critères formels – « rejet de la tradition littéraire », « parti pris de la nouveauté » – et idéologiques – « refus global du matérialisme et de la société bourgeoise » pour reprendre les formulations des Lettres européennes. Même en s’en tenant à cette définition, comment comprendre le renouveau du roman moderne sans mettre en relation les expérimentations de Joyce et Woolf avec celles de Faulkner et Dos Passos ? Que ce soit par leur désir de « saisir la vérité de la vie », leur refus de l’intrigue et du récit continus – caractéristiques du modernisme en Angleterre, tel que le définissent Benoît-Dusausoy et Fontaine –, Faulkner et Dos Passos s’inscrivent pleinement dans ce mouvement de remise en question et de renouvellement romanesque. Comment comprendre ce qui se joue à cette époque dans le domaine de la poésie si l’on se contente de penser la poésie moderniste de langue anglaise en référence à Eliot et Pound (opportunément européens malgré leur naissance américaine) et si l’on n’envisage pas les relations que les expérimentations d’Eliot et Pound entretiennent avec celles d’une Gertrude Stein ou d’un Wallace Stevens ? Marjorie Perloff a bien montré il y a déjà longtemps comment l’opposition Pound vs Stevens (opposition entre la poétique et les options politiques des deux auteurs et opposition entre deux traditions critiques qui érigent l’un ou l’autre en parangon moderne) pose toute une série de questions cruciales quant au sens du modernisme et au sens de la poésie dans l’histoire et la théorie littéraires22. Le renouveau romanesque et poétique du premier quart du xxe siècle semble difficilement pouvoir être circonscrit à l’Europe et, même si l’Europe en a indéniablement été l’un des centres, il semble difficile de comprendre le fonctionnement de ce centre sans le mettre en relation (et dans une relation à double sens) avec la scène littéraire nord-américaine de l’époque.

  • 23 Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1971.
  • 24 Op. cit.
  • 25 Michael H. Levenson, The Cambridge Companion to Modernism, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)
  • 26 Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

8Outre-Atlantique, nombreux sont également les ouvrages qui reposent sur le postulat d’une association entre modernité/modernisme et Europe ou Occident, l’Europe y étant d’ailleurs souvent entendue comme incluant l’Amérique du Nord. Le texte que l’on peut considérer comme fondateur des études modernistes anglo-saxonnes, The Pound Era de Hugh Kenner23 place le modernisme sous l’égide de Pound et d’une perspective anglo-américaine, même si un des chapitres est intitulé « L’invention de la Chine ». Si l’ouvrage plus panoramique Modernism. A Guide to European Literature 1890-193024 inscrit l’association entre modernisme et littérature européenne dès son titre, tout en proposant un chapitre sur Chicago et New York comme lieux du « modernisme européen » entre 1890 et 1930, The Cambridge Companion to Modernism25 entend élargir la présentation du modernisme au-delà de la génération des « hommes de 1914 », pour reprendre la formulation de Wyndham Lewis, c’est-à-dire au-delà des figures masculines centrales du high modernism canonique. Mais l’élargissement, s’il prend en compte, dans le récit de l’aventure moderniste, la place de femmes telles que Gertrude Stein ou celle des écrivains de la Renaissance de Harlem, reste néanmoins largement occidental. En cela, Michael Levenson reste fidèle à la « généalogie » très anglo-américaine du modernisme qu’il construisait en 1984 dans son essai A Genealogy of Modernism. A Study of English literary doctrine 1908-192226.

  • 27 Voir, par exemple, Simon Gikandi, « Picasso, Africa and the Schemata of Difference », Modernism/Mod (...)
  • 28 Voir, par exemple, les travaux d’Henri Béhar, en particulier Littéruptures (Lausanne, L’Âge d’Homme (...)

9Cela dit, et si l’étude des modernités repose globalement très souvent sur le présupposé que les modernités littéraires sont une affaire occidentale, le recours, par ces modernités occidentales, à des formes artistiques extra-occidentales a déjà fait l’objet de nombreuses études, en particulier en relation avec le primitivisme européen – qu’il s’agisse, par exemple, des emprunts faits par Picasso, dans l’élaboration du cubisme, à l’art africain27 ou des textes maoris et océaniens utilisés par Tzara28, pour ne citer que ces deux exemples. De même, depuis longtemps, l’importance de prendre en compte le contexte extra-occidental et international pour comprendre les enjeux idéologiques et esthétiques du modernisme occidental a été soulignée. Déjà dans son essai de 1979 consacré à Wyndham Lewis, Fredric Jameson insistait sur la nécessité de relier les structures formelles de l’œuvre de Lewis à l’épuisement du modèle idéologique britannique dans un contexte extra-occidental :

  • 29 Fredric Jameson, « Fables of Aggression », dans Michale Hardt et Kathi Weeks (dir.), The Jameson Re (...)

owing to its momentary industrial and naval supremacy, the British Empire is inextricably and structurally involved in and dependent on the outside world […]. Thus the lived experience of the British situation is domestic, while its structural intelligibility is international29.

  • 30 Chicago Review, vol. 34, no 2, 1984, p. 53-57.

10Néanmoins, l’étude de la relation entre modernités/modernismes occidentaux et modernités extra-occidentales reste globalement assujettie à un présupposé qui est celui de la centralité (spatiale et temporelle) des modernités occidentales qui se seraient ensuite « diffusées » hors d’Occident. Les manifestations, dans des cultures et des régions non occidentales, de formes artistiques qui pourraient être rattachées à la « modernité », relèveraient de formes de « dérivation ». Qu’elle soit définie à partir d’un centre anglo-américain (comme dans l’essai de Hugh Kenner, « The Making of the Modernist Canon30 ») ou à partir d’un centre plus européen (comme dans l’ouvrage de Malcolm Bradbury et James McFarlane déjà cité, Modernism. A Guide to European Literature. 1890-1930), la dimension internationale du modernisme a longtemps été pensée en termes de diffusion à partir d’un centre euro-occidental. Le modèle historique et géographique, très large, que dénonce James Morris Blaut et qui est celui du « diffusionnisme eurocentré » vaut pour les temporalités et les spatialités des « modernités », même si ce n’est pas en termes aussi spécifiques et littéraires que Blaut pose le problème :

  • 31 James Morris Blaut, The Colonizer’s Model of the World: Geographical Diffusionism and Eurocentric H (...)

The purpose of this book is to undermine one of the most powerful beliefs of our time concerning world history and world geography. This belief is the notion that European civilization—“The West” —has had some unique historical advantage. […] The belief is both historical and geographical. Europe eternally advances, progresses, modernizes. The rest of the world advances more sluggishly, or stagnates […]. The belief is diffusionism, or more precisely Eurocentric diffusionism. It is a theory about the way cultural processes tend to move over the surface of the world as a whole.
They tend to flow out of the European sector and toward the non-European sector. This is the natural, normal, logical and ethical flow of culture, of innovation, of human causality31.

  • 32 Immanuel Wallerstein, World-Systems Analysis: An Introduction, Durham, Duke University Press, 2004.
  • 33 Samuel P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, New York, Sim (...)

De fait, pour ce qui est de la modernité historique, que la perspective soit néo-marxiste, comme celle d’Immanuel Wallerstein32, pour qui la modernité est un virus occidental qui infecte le reste du monde, ou que la perspective soit néo-conservatrice, comme celle de Samuel Huntington33, pour qui l’Autre est un polluant qui menace l’Occident, la modernité émane de l’Occident – position que conteste vigoureusement Blaut. Sa critique du modèle historique et géographique « diffusionniste » vaut pour les modernités littéraires.

  • 34 Rajagopalan Radhakrishnan, « Derivative Discourses and the Problem of Signification », The European (...)
  • 35 Terry Eagleton, The Ideology of the Aesthetic, Oxford, Blackwell, 1990, p. 79.
  • 36 Julios Ramos, Desencuentros de la modernidad en America Latina: literatura y política en el siglo X (...)
  • 37 Sanjay Subrahmanyam, « Hearing Voices: Vignettes of Early Modernity in South Asia 1400-1750 », Daed (...)
  • 38 Dilip Parameshwar Gaonkar, « On Alternative Modernities », dans Dilip Parameshwar Gaonkar (éd.), Al (...)

11Cela dit, depuis déjà une quinzaine d’années au moins, est apparue et s’est développée, surtout au sein des études postcoloniales, la notion de « modernités alternatives », qui vise à prendre en compte l’existence de formes de modernités, ailleurs et autrement qu’en Occident. La notion conduit donc à repenser à la fois la temporalité et la spatialité des modernités. Pour sortir d’un cadre qui ne permet de penser les modernités extra-occidentales qu’en termes de « dérivation » et de « diffusion » par rapport aux modernités occidentales, ce sont les notions de « polycentrisme », de « pluralité », d’« hétérogénéité » et les expressions du type « modernités alternatives », « modernités polycentriques » qui sont privilégiées. Rajagopalan Radhakrishnan souligne ainsi qu’il n’y a rien qui ne soit « dérivé », que les « modernités occidentales » sont tout aussi « dérivatives » que les « modernités extra-occidentales » et que ce dont il faut rendre compte c’est de l’existence de modernités qualifiées de « alternative, alterior, heterogeneous, hybrid, and polycentric34 ». Toutes les modernités littéraires sont hybrides et sont structurées par ce que Terry Eagleton désignait, dans un contexte qui n’était pas spécifiquement celui des modernités littéraires mais qui l’inclut, par l’expression de « geopolitical hybridity35 ». Si, dès 1989, dans son étude de la modernité dans le contexte de l’Amérique latine, Julios Ramos privilégiait les divergences, les « desencuentros de la modernidad36 » par rapport aux modèles européen et nord-américain, Sanjay Subrahmanyam, étudiant le contexte de l’Asie du Sud, promeut l’idée de « conjunctural modernities37 » et Dilip Parameshwar Gaonkar, partant du postulat que « modernity is not one, but many », celle d’« alternative modernities38 ».

  • 39 Durham, Duke University Press, 1993.

12Dès 1993, en introduction à la traduction américaine de l’ouvrage de Kojin Karatani, The Origins of Japanese Literature39, Fredric Jameson introduisait le concept d’« alternate modernities » pour décrire les bouleversements « modernes », tels que les étudie Karatani, qui ont résulté de la révolution Meiji en matière de littérature, d’écriture ou encore de conception du sujet :

  • 40 L’introduction de Jameson s’intitule « In the Mirror of Alternate Modernities ». Elle est reproduit (...)

it is not even an “alternate history” which is offered us by this “postmodern” analysis of the institutions of the modern self, writing, literature, and scientific objectivity that were constructed and imposed by the Meiji Revolution. Rather, it is as though that great laboratory experiment which was the modernization of Japan allows us to see the features of our own development in slow motion, in a new kind of form40.

Prolongeant, dans A Singular Modernity, les développements de son introduction à l’ouvrage de Karatani, Jameson revient sur cette idée d’« alternate modernities » ou, dit-il, « alternative modernities » :

  • 41 Fredric Jameson, A Singular Modernity. Essay on the Ontology of the Present, London et New York, Ve (...)

Everyone knows the formula by now: this means that there can be a modernity for everybody which is different from the standard or hegemonic Anglo-saxon model. […] so that there can be a Latin-American kind, or an Indian kind, or an African kind, and so forth41.

  • 42 De fait, dès son essai « Modernism and Imperialism », Jameson soutient que l’impérialisme est au fo (...)

L’ironie du ton de Jameson – réduisant la théorie à une « formule » – tient à la perspective néo-marxiste qui est la sienne : pour lui, la standardisation induite par la globalisation capitaliste jette le doute sur la notion même de diversité culturelle42. Il n’en demeure pas moins que l’idée qui sous-tend sa lecture des analyses de Kojin Karatani est celle d’un renversement de la perspective, renversement qui conduit à voir la modernité littéraire occidentale au miroir de la modernisation du Japon telle qu’elle a résulté de la révolution Meiji.

  • 43 Dilip Parameshwar Gaonkar, « On Alternative Modernities », dans Alternative Modernities, op. cit.
  • 44 Ibid., p. 23.
  • 45 Susan Stanford Friedman, « Periodizing Modernism: Postcolonial Modernities and the space/time borde (...)

13Tout en cherchant à promouvoir le concept de « modernités alternatives », Dilip Parameshwar Gaonkar n’échappe pas complètement à une approche occidentalo-centrée des modernités littéraires. Dans l’introduction du volume qu’il a dirigé, Alternative Modernities, cherchant à donner un contenu théorique à la notion de « modernités alternatives43 », il affirme que la modernité, tant historique et sociétale que culturelle et artistique, est un processus dont l’Occident constitue le lieu originel de déploiement, mais qui a disséminé bien au-delà de l’Occident. Cette dissémination est tributaire des contacts entre les peuples, des échanges, de la (dé)colonisation, du nationalisme, des flux de migrants, etc. Tout en cherchant à décentrer la vision d’une modernité essentiellement et structurellement liée à l’Occident pour faire place à d’« autres » modernités que la modernité occidentale (« everywhere, at every national/cultural site, modernity is not one but many », écrit-il dans l’introduction44), Dilip Parameshwar Gaonkar situe néanmoins Baudelaire au point de départ de sa généalogie du modernisme, dont il affirme qu’il se déploie à partir de l’Occident, ouvrant ainsi la voie à une histoire de la « diffusion » du modernisme européen hors d’Europe. C’est d’ailleurs ce que lui reproche Susan Stanford Friedman dans un article paru dans le numéro spécial de la revue Modernism/Modernity intitulé « Modernism and Transnationalisms45 ».

14Refusant de penser les modernités extra-occidentales tant comme une juxtaposition de modernités autonomes que comme dérivant des modernités occidentales, Laura Doyle et Laura Winkiel suggèrent d’élaborer une approche globale du modernisme et des modernités, qui aille bien au-delà des relations liant métropoles colonisatrices et périphéries colonisées. Il s’agit de réfléchir en termes de connexions et d’interconnexions :

  • 46 Laura Doyle et Laura Winkiel (dir.), « Introduction », dans Geomodernisms: Race, Modernism, Moderni (...)

To think […] in terms of interconnected modernisms requires a rethinking of periodization, genealogies, affiliations, and forms. To some degree, this thinking estranges the category of modernism itself. The term modernism breaks open, into something we call geomodernisms, which signals a locational approach to modernism’s engagement with cultural and political discourses of global modernity46.

Comme Laura Doyle et Laura Winkiel, Susan Stanford Friedman considère essentiel de repenser les spatialités et les temporalités des modernités : si l’esthétique postcoloniale a pu être influencée par l’esthétique moderniste occidentale, réciproquement et doublement l’esthétique moderniste occidentale a été influencée par l’art extra-occidental et les écrivains postcoloniaux ont produit une littérature qui a transformé les termes et les contours du modernisme lui-même. Les modernismes sont pluriels et les frontières qui les séparent sont « poreuses et perméables ». C’est donc une géographie de la mobilité et de l’interculturalité qui est sollicitée. Susan Friedman suggère que

  • 47 Susan Stanford Friedman, « Periodizing Modernism: Postcolonial Modernities and the Space/Time Borde (...)

the new geography of modernism needs to locate many centers of modernity accross the globe, to focus on the cultural traffic linking them, and to interpret the circuits of reciprocal influence and transformation that take place within highly unequal state relations47.

Dans cette géographie plurielle et mobile, c’est en termes de « transplantations » et de « translations » culturelles, toujours multidirectionnelles, que Susan Friedman propose d’envisager une approche planétaire des modernités.

  • 48 « Instead of looking for the single period of modernism, with its (always debatable) beginning and (...)

15À cette remise en question d’une géographie qui fixe un centre occidental de la modernité se diffusant ensuite vers des périphéries extra-occidentales doit correspondre, poursuit Friedman, une remise en question de la périodisation du modernisme, qui implique de repérer non plus une/la période de la modernité littéraire / du modernisme mais les périodes des modernités littéraires en fonction des localisations géographiques – certaines périodes se chevauchant tandis que d’autres sont décalées par rapport au modèle occidental48. Une telle approche permet à Susan Friedman d’étudier le roman de Tayeb Salih Season of Migration to the North (publié en 1967 et traduit de l’arabe en anglais en 1969) dans le contexte du modernisme et de la relation que le roman entretient avec Heart of Darkness de Conrad. Repenser la spatialité des modernités littéraires conduit donc également à en repenser la périodisation :

  • 49 Ibid., p. 13.

To spatialize the literary history of modernism requires the abandonment of diffusionist ideologies of innovative centers and imitative peripheries.
It requires as well the recognition that the “periods” of modernism are multiple and that modernism is alive and thriving wherever the historical convergence of radical rupture takes place49.

De fait, ce que remet en question une telle reconfiguration spatio-temporelle des modernités est la définition même de ce qui est « modernité littéraire » : Friedman met en avant la notion de « rupture » et la relation au temps et au passé (la façon de penser la relation du « maintenant » à son « avant » et à son « après ») ainsi qu’une dimension auto-réflexive.

  • 50 Ibid., p. 6.
  • 51 Oswalde de Andrade, Interview, O Minas Gérais, 13 mai 1928. « Todas as nossas reacçôes costumam-se (...)
  • 52 Tania Carvalhal, « Culturas e Contextos », dans Eduardo F. Coutinho (dir.), Fronteiras Imaginadas: (...)

16Pour décrire les relations, pluri-directionnelles, entre modernités occidentales et extra-occidentales, Susan Friedman recourt au concept d’« indigénisation » (indigenization) et de « nativisation » (nativization), c’est-à-dire à l’idée que toutes les formes des modernités littéraires fonctionnent par appropriation d’un autre ou d’une altérité qu’il s’agit de rendre « indigène » – « a form of making native or indigenous something from elsewhere. Indigenization presumes an affinity of some sort between the cultural practices from elsewhere and those in the indigenizing location50 ». Ces concepts d’indigenization et de nativization font écho à ceux d’« anthropophagie » et de « cannibalisme », formulés à la fin des années 1920 par l’un des acteurs majeurs du modernismo brésilien, Oswald de Andrade qui cherchait déjà à remettre en question l’idée d’une centralité du modernisme européen « irradiant » jusqu’au Brésil. Pour cela, il soulignait l’importance de ce qu’il appelle « modernisme international », au sein duquel la relation que le modernisme brésilien entretient avec l’Europe n’est pas seulement celle d’une « acclimatation » ou d’une « importation » du modernisme européen, mais est définie par le concept d’« anthropophagie ». Entre le manifeste Pau Brésil (publié par Andrade en 1924) et le manifeste Antropofagia (publié en 1928), il y a tout l’écart entre une pensée du modernisme élaborée « dans le sillage » de la modernité européenne incarnée par Apollinaire et Cendrars et une pensée du modernisme visant à affirmer l’indépendance et la spécificité d’un modernisme brésilien. Andrade le souligne d’ailleurs lui-même en 1928 : « Toutes nos réactions se faisaient généralement à l’intérieur du tramway de la civilisation importée. Il faut sauter du tramway, nous devons mettre le feu au tramway51. » Il en appelle donc à un refus de l’« importation » et érige « l’anthropophagie » en principe théorique permettant d’affirmer une spécificité brésilienne qui ne soit pas une émanation de l’Europe ou de l’Occident : le « cannibalisme » symbolique, que désigne le terme d’« anthropophagie », devient le moyen pour le modernisme brésilien de s’affirmer contre la domination culturelle européenne et de renverser la relation allant de l’Europe vers le Brésil (relation selon laquelle le modernisme brésilien se définit à partir du modernisme européen et comme « importation »), en soulignant ce que le « primitivisme » du modernisme européen – en particulier la valorisation du cannibalisme – et plus largement les pratiques modernistes européennes, « importent » de l’Amérique latine précoloniale. « Nous avions déjà la langue surréaliste » affirme le Manifeste Anthropophage. ; c’est donc l’Européen qui a « importé » le « primitif ». L’assimilation anthropophagique serait inscrite dans les traditions du Brésil puisqu’elle serait le pendant d’une coutume propre à certaines tribus d’Indiens du Brésil, celle de la dévoration rituelle de l’étranger – les procédés surréalistes ayant, en ce sens, assimilé les mythes des Indiens du Brésil. Et l’on connaît la réécriture célèbre qui sert d’ouverture au manifeste : « Tupi or not Tupi: that is the question » – qui fonctionne comme exemple de cannibalisme sur Shakespeare et comme célébration des Tupi. Le modernisme brésilien, Tania Carvalhal l’a souligné52, s’est construit à partir d’un ensemble complexe de relations à la fois « intra-américaines » (avec l’Amérique du Nord et avec les autres pays d’Amérique latine) et « américano-européennes » (relations avec le Portugal, l’Espagne et la France). Alors que pendant longtemps les chercheurs européens ont considéré que la modernité et le modernisme irradiaient à partir de centres européens, bon nombre de chercheurs brésiliens remettent aujourd’hui en question ce paradigme du « Paris, capitale culturelle de l’Amérique latine » pour souligner un mouvement à double sens, ancré à la fois dans l’hétérogénéité dynamique du Brésil et dans l’autorité culturelle de la France.

17À l’instar des historiens qui, aujourd’hui, cherchent à « décentraliser » l’Histoire, il s’agirait donc de « décentraliser » l’historiographie critique des modernités littéraires. C’est assurément dans l’articulation entre une approche locale et localisée (à la fois dans l’espace et dans le temps) et une approche globale et planétaire que résident la clé et la réussite d’un tel décentrement.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Eric J. Hobsbawn, The Age of Empire, New York, Pantheon Books, 1987 ; trad. L’ère des Empires. 1875-1914, Paris, Fayard, 1989, rééd. Hachette, 2000.

2 Voir, en particulier, Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World. Global Connections and Comparisons 1780-1914, Oxford, Blackwell, 2004 ; trad. La Naissance du monde moderne. 1780-1914, Éditions de L’Atelier, 2006.

3 Sciences humaines, no 185, août-septembre 2007, « L’autre Histoire du monde », dossier coordonné par Laurent Testot.

4 C’est le titre de son livre, Provincializing Europe, Princeton, Princeton University Press, 2000 (rééd. avec une nouvelle préface en 2008).

5 Ibid., p. 4.

6 Peter Bürger, Prosa der Moderne, Francfort s. Main, Surhkamp Verlag, 1988 ; trad. La Prose de la modernité, Paris, Klincksieck, 1994, p. 390.

7 Voir, par exemple, Antoine Compagnon, Les Cinq paradoxes de la modernité, Paris, Seuil, 1990. Voir également Henri Meschonnic, Modernité, Modernité, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1988 : « La modernité littéraire commence avec ce que Sartre a appelé la génération de 1850 […] 1857 : Les Fleurs du mal et Madame Bovary » (p. 25).

8 Pour Hugo Friedrich, Baudelaire est « le poète de la modernité » – c’est le titre du chapitre II de Die Struktur der modernen Lyrik, Hambourg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1956.

9 Sur les relations, de convergence comme de divergence, les points de contact et les décalages entre Modernité (dans la tradition française) et Modernism anglo-saxon, voir le numéro 53 de la revue Textuel, intitulé Modernité/Modernism, textes réunis par Catherine Bernard et Régis Salado, Université Paris 7, 2008.

10 Hugo Friedrich, Die Struktur der modernen Lyrik, Hambourg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1956 ; trad. Michel-François Demet, Structure de la poésie moderne, Paris, Le Livre de Poche, 1999, p. 37.

11 Henri Meschonnic, Modernité, Modernité, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1988, p. 17.

12 Berkeley, University of California Press, 1971.

13 Londres, Penguin Books, 1976.

14 Catherine Bernard, « L’autonomie moderniste en question », Modernité/Modernism, études réunies par Catherine Bernard et Régis Salado, Textuel, no 53, janvier 2008.

15 Voir Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1979. Braudel développe une analyse des fondements du capitalisme et, à travers lui, du monde moderne, en défendant l’idée que l’échelle mondiale est toujours nécessaire même pour comprendre les éléments les plus localisés de l’histoire.

16 Voir, par exemple, le manifeste fondateur de la « world history » : Anthony G. Hopkins (dir.), Globalization in World History, Londres, Pimlico, 2002 ; voir aussi : Anthony G. Hopkins (dir.), Global History: Interactions between the Universal and the Local, New York, Palgrave Macmillan, 2006.

17 Voir, par exemple, Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2004.

18 Henri Meschonnic, Modernité, Modernité, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1988, p. 27.

19 Pascal Dethurens, De l’Europe en littérature. Création littéraire et culture européenne au temps de la crise de l’esprit (1918-1939), Genève, Droz, 2002, p. 304.

20 Annick Benoît-Dusausoy et Guy Fontaine, Lettres européennes : histoire de la littérature européenne, Paris, Hachette, 1992. Une nouvelle édition est parue, chez de Boeck, en 2007 sous le titre Lettres européennes. Manuel universitaire d’histoire de la littérature européenne.

21 Un tel présupposé est à rattacher, au-delà de la question de la (des) modernité(s), à la promotion, qui se développe depuis une bonne quinzaine d’années, du concept de « littérature européenne », promotion qui s’explique aisément par le développement économique et politique actuel de l’Europe – au sens de Communauté Européenne – et par le désir de donner une assise culturelle à cette Europe en construction.

22 Marjorie Perloff, « Pound/Stevens: whose era? », The Dance of the Intellect, Evanston (Illinois), Northwestern University Press, 1985.

23 Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1971.

24 Op. cit.

25 Michael H. Levenson, The Cambridge Companion to Modernism, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

26 Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

27 Voir, par exemple, Simon Gikandi, « Picasso, Africa and the Schemata of Difference », Modernism/Modernity, vol. 10, no 3, septembre 2003, p. 445-480.

28 Voir, par exemple, les travaux d’Henri Béhar, en particulier Littéruptures (Lausanne, L’Âge d’Homme, 1988) et Tristan Tzara (Paris, Oxus, 2005).

29 Fredric Jameson, « Fables of Aggression », dans Michale Hardt et Kathi Weeks (dir.), The Jameson Reader, Oxford, Blackwell, 2000, p. 313.

30 Chicago Review, vol. 34, no 2, 1984, p. 53-57.

31 James Morris Blaut, The Colonizer’s Model of the World: Geographical Diffusionism and Eurocentric History, New York, Guilford Press, 1993, p. 1.

32 Immanuel Wallerstein, World-Systems Analysis: An Introduction, Durham, Duke University Press, 2004.

33 Samuel P. Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of the World Order, New York, Simon and Schuster, 1996.

34 Rajagopalan Radhakrishnan, « Derivative Discourses and the Problem of Signification », The European Legacy, vol. 7, no 6, 2002, p. 788.

35 Terry Eagleton, The Ideology of the Aesthetic, Oxford, Blackwell, 1990, p. 79.

36 Julios Ramos, Desencuentros de la modernidad en America Latina: literatura y política en el siglo XIX, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1989.

37 Sanjay Subrahmanyam, « Hearing Voices: Vignettes of Early Modernity in South Asia 1400-1750 », Daedalus, vol. 127, no 3, 1998, p. 75-104 : « modernity is a global and conjunctural phenomenon » (p. 99).

38 Dilip Parameshwar Gaonkar, « On Alternative Modernities », dans Dilip Parameshwar Gaonkar (éd.), Alternative Modernities, Durham, Duke University Press, 2001, p. 17.

39 Durham, Duke University Press, 1993.

40 L’introduction de Jameson s’intitule « In the Mirror of Alternate Modernities ». Elle est reproduite dans le recueil d’articles publiés par Jameson, The Modernist Papers, Londres et New York, Verso, 2007. La citation est à la page 283.

41 Fredric Jameson, A Singular Modernity. Essay on the Ontology of the Present, London et New York, Verso, 2002, p. 12.

42 De fait, dès son essai « Modernism and Imperialism », Jameson soutient que l’impérialisme est au fondement de l’esthétique de la modernité occidentale : « the traces of imperialism can therefore be detected in Western modernism, and are indeed constitutive of it; but we must not look for them in the obvious places, in content or in representation. Save in the special case of Irish literature, and of Joyce, they will be detected spatially, as formal symptoms, within the structure of First World modernist texts themselves » (« Modernism and Imperialism », dans Terry Eagleton, Fredric Jameson et Edward Said, Nationalism, Colonialism and Literature, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1990, p. 64).

43 Dilip Parameshwar Gaonkar, « On Alternative Modernities », dans Alternative Modernities, op. cit.

44 Ibid., p. 23.

45 Susan Stanford Friedman, « Periodizing Modernism: Postcolonial Modernities and the space/time borders of Modernist Studies », Modernism/Modernity, vol. 13 no 3, numéro spécial « Modernism and Transnationalisms », Baltimore, septembre 2006, p. 7.

46 Laura Doyle et Laura Winkiel (dir.), « Introduction », dans Geomodernisms: Race, Modernism, Modernity, Bloomington, Indiana University Press, 2005, p. 3.

47 Susan Stanford Friedman, « Periodizing Modernism: Postcolonial Modernities and the Space/Time Borders of Modernist Studies », op. cit., p. 5.

48 « Instead of looking for the single period of modernism, with its (always debatable) beginning and end points, we need to locate the plural periods of modernisms, some of which overlap with each other and others of which have a different time period altogether » (ibid., p. 7).

49 Ibid., p. 13.

50 Ibid., p. 6.

51 Oswalde de Andrade, Interview, O Minas Gérais, 13 mai 1928. « Todas as nossas reacçôes costumam-se ser dentro do bonde da civilizaçâo importada. Precisamos saltar do bonde, precisamos queimar o bonde » (cité par Erdmute Wenzel White, Les Années vingt au Brésil : le modernisme et l’avant-garde internationale, Paris, Éditions Hispaniques, 1972, p. 69).

52 Tania Carvalhal, « Culturas e Contextos », dans Eduardo F. Coutinho (dir.), Fronteiras Imaginadas: Cultura Nacional/ Teoria Internacional, Rio de Janeiro, Aeroplano Editora, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Tomiche, « Les modernités littéraires sont-elles une affaire occidentale ? », Itinéraires, 2009-3 | 2009, 29-42.

Référence électronique

Anne Tomiche, « Les modernités littéraires sont-elles une affaire occidentale ? », Itinéraires [En ligne], 2009-3 | 2009, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://itineraires.revues.org/452 ; DOI : 10.4000/itineraires.452

Haut de page

Auteur

Anne Tomiche

Université Paris 13, CENEL

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org