Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marc Dambre et Wolfgang Asholt (dir.), Un retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine

Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2010, 317 pages
Anne Sennhauser
p. 200-202
Référence(s) :

Marc Dambre et Wolfgang Asholt (dir.), Un retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2010, 317 pages.

Texte intégral

Pour une étude du romanesque contemporain

1« Débattre autour de la situation et des responsabilités du roman contemporain en France », tel est l’objectif des équipes de recherche qui se sont retrouvées lors du colloque organisé à Augsbourg en 2008. L’ouvrage qui en constitue les actes réunit dix-neuf contributions réparties en trois sections – « Modèles, théories, thématiques », « Retours du social et de l’histoire » et « Diversité du contemporain » – et propose une réflexion bilan sur trente années de littérature. Partant du constat que, depuis les années 1980, la littérature a été marquée par un retour visible du récit ainsi que par une réappropriation de domaines de savoir habituellement laissés aux sciences humaines – l’histoire, le social –, Marc Dambre et Wolfgang Asholt se demandent si de nouveaux canons littéraires tendent à se mettre en place. Les diverses contributions apportent à cette question des réponses nuancées : si la littérature aspire à proposer un savoir sur le monde dans l’optique d’un approfondissement anthropologique, elle ne suppose pas pour autant une transparence retrouvée de la langue. Le « tournant post­moderne » des années 1980 est ainsi moins envisagé comme une rupture radicale vis-à-vis des expérimentations avant-gardistes que comme une période charnière qui convoque le récit en subordonnant le soupçon à un désir de représentation.

Un rejet de l’autoréférentialité et du postmodernisme minimal

2L’ouvrage est placé sous le sceau d’une interrogation paradoxale : « écrire : verbe transitif ? », se demande Johan Faerber. Il propose de voir la modernité comme une quête de transitivité, aujourd’hui pleinement retrouvée parce que les écrivains les plus récents se défont du sentiment de perte. Cette posture de résistance face au malaise trouve un écho certain dans l’évolution des paradigmes de la mélancolie et de la disparition : la mélancolie face à l’histoire, acceptée ou contestée, semble en effet moins exprimer une négativité destructrice qu’un désir de passation (Marc Dambre), tandis que le motif de la disparition apparaît comme une forme de résistance salvatrice qui instaure une tension entre devoir de mémoire et respect de l’oubli (Dominique Rabaté). Ce désir de renouveau face à un sentiment de crise se manifeste notamment à travers une « libération de l’écriture narrative » (Alain Schaffner) : le récit réévalue la richesse de l’imaginaire, puisque, dans le sillage de l’œuvre à la fois expérimentale et romanesque de Georges Perec, l’invention foisonnante est désignée comme compatible avec l’exigence littéraire. Nombre d’écrivains optent pour une « littérature-monde » (Jean Rouaud) qui ne cesse d’interroger ses formes : l’univers romanesque de Pierre Michon entre ainsi en résonance avec tout un questionnement littéraire, dans la mesure où l’exploration d’archives, soulignant la disproportion entre « les affaires de rien » et « la grande rhétorique », fait écho à la dualité fondamentale de l’écriture, partagée entre le mensonge et la vérité, le bas et le haut (Michael Sheringham).

Une généricité en mouvement

3La résurgence du goût de la fiction ne passe donc pas par un retour aux normes narratives traditionnelles, car l’héritage avant-gardiste génère un rapport expérimental vis-à-vis des formes littéraires : l’écriture est perturbée, et ce de manière radicale selon Jochen Mecke qui parle de « subversion des critères de littérarité », de démolition de la littérature. Qu’elle soit diffuse ou profonde, la déstabilisation narrative est en effet de mise : les adaptations cinématographiques des romans de Jean-Philippe Toussaint (Beate Ochsner) ou les fictions post-exotiques d’Antoine Volodine (Magdalena Silvia Mancas) ébranlent le récit en l’évidant par la neutralité ou le déstructurant par l’instabilité. On pourrait voir dans la forme des « microfictions » qu’analyse Andreas Gelz le prolongement générique de cette déconstruction narrative, en ce que cette forme substitue au principe de continuité un système de répétitions et de variations. Si la narration est déstabilisée, c’est cependant au nom de la rénovation des fonctions de la littérature, comme le montrent les romans de Pierre Bergounioux et leur « sensibilité sismographique » (Mathilde Barraband), ou encore ceux de Jean Echenoz qui proposent une « anatopie » du monde (Klaus Semsch).

Un laboratoire de savoirs critiques

4La volonté de renouvellement fait du romanesque un outil d’élaboration et de transmission de savoirs critiques qui intègre une mise en doute du mimétisme. Les « romans métahistoriques », analysés par Birgit Mertz-Baumgartner, insistent ainsi moins sur les événements eux-mêmes que sur leur appropriation ou leur falsification par la mémoire. De fait, les récits de Jean Rouaud « inventent l’histoire » (Wolfgang Asholt) en faisant de l’imaginaire un moyen de discuter l’histoire officielle et d’en proposer une nouvelle interprétation. La mémoire elle-même est désignée comme une faculté problématique : Marie-Odile André décèle les marques d’une mémoire défectueuse dans l’œuvre d’Olivia Rosenthal, où la maladie d’Alzheimer est présentée comme image d’un héritage familial, historique et littéraire problématique. Parallèlement aux préoccupations historiques se manifeste un net intérêt pour les répercussions du social sur l’individu, de la précarité du monde du travail chez Anne Weber (Roswitha Böhm) à la crise de la société de consommation chez Frédéric Beigbeder (Cerstin Bauer-Funke). D’autres récits interrogent un retour des valeurs humaines en déployant une quête ontologique, comme chez Danièle Sallenave (Patricia Oster), ou, dans le cas de Marie N’Diaye et de Pascale Kramer, une quête axiologique (Ursula Bähler) : là où les individus aspirent à une plénitude du sens, ces romans ne proposent cependant que des bribes de réponse où les valeurs ne peuvent se représenter qu’à travers une mythologie fragmentée.

5La variété des articles contribue ainsi à mettre en valeur la diversité d’un champ littéraire qu’il est difficile de saisir de manière unifiée, en raison de la multiplicité des perspectives critiques possibles mais aussi, comme le souligne Frank-Rutger Haussman à partir du roman Les Bienveillantes de Jonathan Littell, des potentielles contradictions entre réception universitaire et réception populaire. Au-delà de cette pluralité, l’ouvrage permet d’apporter un éclairage nouveau sur les problématiques romanesques qui se dessinent au tournant du siècle et de souligner « que le roman contemporain ne se refuse plus à aborder la réalité extralittéraire et qu’il a dépassé la phase d’un “travail sur le signifiant” comme stade ultime de l’évolution littéraire » (Marc Dambre et Wolfgang Asholt).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Sennhauser, « Marc Dambre et Wolfgang Asholt (dir.), Un retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine », Itinéraires, 2013-1 | 2013, 200-202.

Référence électronique

Anne Sennhauser, « Marc Dambre et Wolfgang Asholt (dir.), Un retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine », Itinéraires [En ligne], 2013-1 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://itineraires.revues.org/894

Haut de page

Auteur

Anne Sennhauser

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, Sorbonne Paris Cité CERACC (EA 4400)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org