Navigation – Plan du site

Méta-Internet : les surfblogs sont-ils de mauvais genre ?

Camille Paloque-Berges
p. 121-129

Résumés

Les surfblogs sont une métaforme en réseau d’un type particulier : ils vont au-delà de ce que l’on considère appartenir au véritable genre du blog pour donner une image du traitement des données personnelles au niveau du réseau. Cet article raconte une expérience d’observation participante et conclut que le métatextuel est une caractéristique fondamentale du partage des ressources culturelles du Web. Ensuite, il retrouve l’origine des surfblogs, des forums de Usenet jusqu’aux premières pages d’accueil Web. Le surfblog apparaît ainsi comme un prototype du genre du blog, un modèle novateur de diffusion d’informations.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Évelyne Broudoux, « Outils informatiques d’écriture et de lecture », dans Brigitte Chapelain (dir. (...)

1Le « surfblog » est un type de blog omniprésent sur le réseau. On y publie des objets informationnels trouvés sur Internet (liens, textes, images), non pas créés par le blogueur, mais recontextualisés (commentés, appropriés, transformés) au sein de son blog. La légitimité de son contenu, fondée sur la référence permanente à la technoculture du Web, n’est pas remise en question, mais sa qualité l’est, son apport informationnel étant souvent considéré comme redondant, inutile, divertissant au mieux. Son auctorialité est diffuse et distribuée, le surfeur faisant toujours au moins partie d’un groupe. Le surfblog trouve sa structure sociale privilégiée dans le blog collectif tout en maintenant des rapports étroits avec d’autres formes d’écri-lecture de réseau1 comme les forums. Ce type de blogs nous intéresse en tant qu’il est une expression vernaculaire de la cyberculture considérée comme culture de l’orientation (cyber, le gouvernail) dans des espaces de traitement numérique de l’information.

2Les représentations portées par les surfblogs sont de l’ordre d’un trivial assumé (la collection de trivia de culture web) qui leur donne des airs de « mauvais genre ». Mais quelles sont les pratiques de l’écrivant en ligne, en matière de traitement informationnel, pouvant avoir une qualité générique ? Dans l’épaisseur techno-sémiotique de l’hypertexte, quelle est la dimension sur laquelle repose la possibilité d’une écri-lecture blog ?

  • 2  Tzvetan Todorov, « L’origine des genres », dans La Notion de littérature et autres essais, Paris, (...)
  • 3  La terminologie genettienne, maintes fois convoquée pour les analyses du texte numérique en réseau (...)

3Si la définition d’un genre est à trouver dans une investigation des règles d’écriture fonctionnant à travers plusieurs textes2, alors, pour une forme jeune comme celle du blog, une approche diachronique, contextuelle et vernaculaire reste essentielle. Des rapports spécifiques entre langage et information émergent dans un contexte de médias conversationnels en réseau. Nous faisons l’hypothèse que le genre blog n’aurait pas pu se constituer sans l’expérimentation de ces rapports sur un plan métatextuel, relation portée par l’auto-référence et la réflexivité3. En ce sens, le surfblog manifesterait un prototype du genre blog, gardant la trace de ses modèles primitifs.

Observation participante dans les surfblogs

  • 4  Geert Lovink, Zero Comments, New York, Routledge, 2008.
  • 5  Laurence Allard, « Termitières numériques : les blogs comme technologie agrégative de soi », Multi (...)

4Le premier terrain de cette recherche est une observation participante menée depuis 2007 dans les communautés de surfblogs, troisième grand type à côté des blogs de journalisme amateur4 ou de journal « extime5 ».

  • 6  Ceci Moss et John Michael Boling, « General Web Content : tumblr blogs », Rhizome, 26 janvier 2009 (...)

5Je suis présente depuis 2007 sur la plate-forme de microblogging Tumblr, espace privilégié pour les surfblogs. Chaque page est, par défaut, tenue par un seul individu, mais le dispositif techno-sémiotique de Tumblr et de son interface administrateur (le dashboard) favorise la republication des « contenus généraux du Web6 », ainsi que le suivi entre micro-blogueurs [fig.1].

Fig. 1 – Le tableau de commandes de l’administrateur d’un microblog sur Tumblr (ici, avec l’avatar de l’auteur).

Fig. 1 – Le tableau de commandes de l’administrateur d’un microblog sur Tumblr (ici, avec l’avatar de l’auteur).

Il est très courant pour les groupes de surfeurs de se citer réciproquement (« reblog ») jusqu’à provoquer des effets de mise en abîme parfois très poussés [fig. 2].

Fig. 2 – Capture d’écran d’une série de « reblogs » à partir du dashboard7.

Fig. 2 – Capture d’écran d’une série de « reblogs » à partir du dashboard7.
  • 8  Martin Ramocki, « Surfing Clubs : organized notes and comments », communication donnée à la confér (...)
  • 9  On se référera au réseau NN de marque-pages Delicious (http://delicious.com/network/nastynets/), m (...)
  • 10  Olia Lialina, « Vernacular web », version illustrée en ligne d’une communication donnée à la confé (...)
  • 11  Le net art considère le surf et les collections issues de cette pratique comme une forme fondament (...)

6Le deuxième milieu d’observation participante est le surfblog collectif Nasty Nets (NN), auquel j’ai été invitée à participer depuis octobre 2007 après avoir été « repérée » sur tumblr. Communauté de pratique orientée Net Art, NN est composé d’artistes travaillant le matériau web en tant que « surfeurs professionnels » reconnus par le milieu de l’art numérique, et au sein duquel elle coopte ses membres (trente-cinq à ce jour). Modèle pionnier de « surfing club8 », il est au cœur d’un réseau d’influence qui pousse les limites du surfblog9. Héritier du « net.art », mouvement d’artiste des années 1990, lui-même influencé par le « Web vernaculaire10 », NN perpétue ses expressions folkloriques de collectionneurs de trivia répandues dans les forums et sur les pages personnelles11. Le surfclub stocke ses trouvailles dans sa base de données personnelle (surnommée « secret stash », la « planque secrète ») et les publie de façon plus ou moins remixée. Les règles du jeu sont constamment redéfinies dans des billets qui manifestent la réflexivité de NN par rapport à la culture web et à l’art en ligne [fig. 3].

Fig. 3 – Un billet de Nasty Nets citant un article polémique sur la mode des surfblogs dans le Net Art accompagné d’une image .gif référant au symbole du blog, le surfeur.

Fig. 3 – Un billet de Nasty Nets citant un article polémique sur la mode des surfblogs dans le Net Art accompagné d’une image .gif référant au symbole du blog, le surfeur.

En ligne, ces deux éléments sont animés grâce au tag <marquee>, une des fonctions HTML favorites des membres de NN12.

  • 13  Pascal Froissart, « Les images rumorales. Une nouvelle imagerie populaire sur Internet », Médiamor (...)
  • 14  Howard Rheingold, Smart Mobs, Cambridge (Mass.), Basic Books, 2002.
  • 15  Antoine Compagnon, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

7Deux règles principales se manifestent dans les pratiques des surfblogs. Premièrement, sur le plan de la récolte et de la redistribution d’objets trouvés, ces blogs sont inscrits dans un phénomène de diffusion virale de l’information en réseau. Pascal Froissart décrit, dans cette perspective, les « images rumorales », objets iconiques, injonctifs, passés de main en main et modifiés au passage : « L’effet de rumeur [est] aussi un phénomène d’appropriation collective, de folklorisation, et, finalement, de participation à une cérémonie sans enjeu13. » Dans les systèmes de réputation des médias sociaux propres à Internet14, les contenus eux-mêmes ont une réputation. Les surfblogs génèrent des effets de citation non plus seulement de « seconde main15 » mais « à plusieurs mains ». Deuxièmement, ces appropriations engagent des effets de mise en abîme très fréquents qui réfléchissent la culture web et son folklore.

  • 16  Steven Johnson, Interface culture, New York, Basic Books, 1997.
  • 17  Emmanüel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signe (...)

8Les surfblogs collectifs génèrent une écriture métatextuelle : la republication (texte référent) recontextualise, approprie et ainsi commente l’information trouvée (le texte référé). Le websurf a d’abord été critiqué comme attitude passive proche du « zapping » télévisuel auquel on devrait préférer l’activité de « trailblazing », mise en relation réflexive des références dans la constitution de chemins hypertextuels – idée empruntée à Vannevar Bush et reformulée par Steven Johnson16. Avec la mode des surfblogs depuis les années 2000, le surf enrichit ses perspectives dans ce sens. En tant que « technologie sociale17 », le blog trace des chemins technoculturels, et c’est un de ses fondements génériques qu’il faut étudier dans le temps.

Émergence de métaformes sur Usenet

  • 18  « La première est obscure aux yeux de beaucoup (Usenet) ; on atteint la seconde avec l’omniprésenc (...)

9Dans Remix, Lawrence Lessig décrit la culture Read/Write comme une écologie de contenu et de réputation dont la première couche est celle de l’écriture en réseau. Dans l’évolution de cette dernière, Lessig distingue deux étapes primordiales : « The first of these is obscure to many (Usenet) ; the second is the ubiquitous “blog”18. » Cela nous conforte dans l’intuition selon laquelle les surfblogs perpétuent un héritage d’écriture Internet pré-web et pré-blog.

  • 19  Geert Lovink, op. cit., p. 6.
  • 20  Dans ce système utopique, l’inventeur de la notion d’hypertexte en réseau numérique imagine des «  (...)

10Les origines du blog sont généralement attribuées aux premiers hypertextes d’Hypercard19, un logiciel hors-ligne. Nous proposons de nous tourner vers l’écriture en ligne, sur les premiers médias conversationnels d’Internet, en particulier Usenet. Malgré ses interfaces d’utilisateur textuelles (TUI), sans click possible, c’est le premier hypertexte global, et son réseau de ressources et d’utilisateurs est à la mesure de la vision des références croisées du Xanadu de Ted Nelson20.

  • 21  Howard Rheingold, op. cit.

11Protocole rattaché à Internet depuis le début des années 1980, Usenet distribue, via des abonnements à des groupes (newsgroups), des nouvelles auxquelles on accède grâce à des lecteurs de nouvelles ou des messageries électroniques. Traiter l’information sur Usenet, que l’on soit une machine ou un homme, c’est d’abord la filtrer, à travers ce qu’Howard Rheingold a appelé des « métatechnologies » caractérisant le fonctionnement des « foules intelligentes » en réseau21.

12La « hiérarchie » Usenet est connue pour la prolifération de ses groupes d’une part, et les difficultés à maintenir un ratio bruit/information équilibré d’autre part. C’est le premier espace commun en ligne où les échanges sont tels que l’on parle de surcharge informationnelle – des narrations sur la « fin de l’Internet », plus ou moins sérieuses, se multiplient dans les newsgroups dès la fin des années 1980. Parmi les solutions apportées à cette crise informationnelle, des pratiques d’utilisateurs apparaissent : trier, sélectionner et republier les messages dans des groupes dits de « repost ».

13Nous avons étudié le cas du groupe de « repost » alt.best.of.internet (ABOI). Ensembles de processus socio-techniques, les méthodes du filtrage dépendent des règles du groupe, une netiquette. ABOI favorise des critères de représentativité plus que de qualité – bien que cela soit controversé (ce serait un best of de Usenet plus que d’Internet) :

  • 22  « Il y a plus de 10 000 groupes et encore davantage de listes de diffusion et de pages web, et mêm (...)

There are over 10,000 groups out there, and many more mailing lists and web pages and even if you wanted to, you couldn’t read every one. Instead, you can read ABOI, and read about the violent end of flame wars, newbieisms too clueless for words, witty responses and other articles that a wider audience might find interesting22.

C’est un modèle réduit de Usenet dont il résume les contradictions en transformant les échanges fugaces de la conversation en ligne en « articles » d’une collection, patrimoine collectif.

14À partir d’une analyse des 367 premiers messages (1 % des messages à ce jour) du groupe, on constate que le jeu des règles de filtrage contribue à renforcer l’appartenance des utilisateurs à une culture de réseau. D’un groupe de référents, on passe à un groupe autoréférent. La règle requiert la republication des informations trouvées ailleurs sans discuter ces trouvailles (« no follow up »). Pourtant, des commentaires accompagnent les « repost », ajoutés dans le corps des messages republiés ou en message de réponse. Ceux-ci sont en fait nécessaires à la compréhension par la communauté de ses propres enjeux. Ils permettent, par une citation des sources, une remise en contexte, un jugement de valeur le plus souvent moqueur, d’identifier les formes rhétoriques les plus révélatrices d’une culture Usenet : essentiellement des « flame wars », discussions enflammées sur des sujets polémiques (sexe, religion, théorie du complot, politique et technologie), blagues et anecdotes d’informaticiens, art ASCII, lettres-chaînes, etc. Ensemble de référents discursifs aux topiques récurrentes, ils deviennent les lieux communs vernaculaires de la conversation en ligne.

  • 23  « “Alors c’est ça le meilleur de Usenet ?” “Oui, ça fait peur, hein ?” ». Fil de messages sous le (...)
  • 24  Christopher Kelty, Two Bits : The Cultural Significance of Free Software and the Internet, Durham, (...)

15Une couche réflexive se rajoute à ce processus d’autoréférence, sous la forme d’une ironie omniprésente dans les commentaires : « So this is the best of Usenet ? », « Yes, pretty scary isn’t it23 ? » Héritant des cultures de programmeurs-hackers, des « publics récursifs24 », les communautés Usenautes se prennent pour sujet et objet, se représentent (à) elles-mêmes.

16La pratique du commentaire ironique est une marque discursive de l’écriture vernaculaire de réseau comme pratique informationnelle associée à des dispositifs socio-techniques, des médias « méta ». C’est ce qu’évoque Johnson dans Interface Culture :

  • 25  Steven Johnson, op. cit., p. 35.

Les métaformes sont des rejetons d’un cas congénital d’ironie culturelle […]. [Elles] prospèrent à ces moments où les signaux dégénèrent en bruit, quand la datasphère devient trop agitée et confuse pour que l’on puisse y naviguer seul. [Elles] se nourrissent des surplus d’information25.

Du log au blog : agrégation d’information et agrégation de soi

  • 26  Geert Lovink, op. cit.

17Nous trouvons l’idée, chez Geert Lovink, que l’écriture blog est marquée par une techno-attitude de type cynique, qu’il va même jusqu’à taxer de « nihilisme de blogueur26 ». Cette continuité discursive avec le commentaire ironique est aussi le sous-bassement générique de l’écriture blog.

  • 27  La création de groupe étant soumise au vote. « Proposal : alt.best.thoughtful », 2 avril 1994, htt (...)
  • 28« La sélection des liens dans mon blog est ultra-filtrée, afin d’exprimer mes goûts personnels ». (...)
  • 29  Ce n’est pas une coïncidence si le modèle du genre apparaît sur le site de l’inventeur du navigate (...)

18Jorn Barger aurait inventé le terme « weblog » en décembre 1997 sur son site personnel Robot Wisdom, à partir de l’expression « logging the Web ». Le log est l’identification d’un ordinateur et, métaphoriquement, d’un utilisateur (« to log in »), sur le réseau. Barger est un habitué de Usenet, lui-même grand collectionneur d’objets informationnels trouvés (il commence par découper des magazines dans la mouvance du cut-up des années 1960-1970). Abonné à ABOI, il tente de créer un autre groupe de repost aux critères de sélection exigeants mais sans succès27. Arrivé « tard » sur le Web, en 1995, il y trouve la possibilité de publier ses collections sous forme de listes de liens sur l’espace individuel de la page personnelle : « my linkblogging is super-filtered, to express my own tastes28. » Les premiers blogs sont une extension de la section « What’s New » des pages personnelles, publiant de manière anté-chronologique des nouvelles du webmaster et les liens dénichés au cours de sa navigation (une pratique antérieure aux grands moteurs de recherche) accompagnés de commentaires29.

  • 30  Laurence Allard, op. cit.
  • 31  Brigitte Juanals, « Métaphores de l’accès à l’information des Lumières au numérique : l’exemple de (...)
  • 32  Évelyne Broudoux, op. cit.

19Il existe une trajectoire technologique fondée sur la personnalisation des machines, puis des interfaces, des logiciels et enfin des applications en ligne. Dans cette perspective, le blog est une « technologie agrégative de soi30 ». Le « log » se nourrit d’une nouvelle série de métaphores apparues avec l’imaginaire de la navigation31 : le « logbook » introduit la plume individuelle du naviguant32. Le blog est aussi un outil de navigation puissant dans la masse informationnelle décuplée du Web.

  • 33  « Il est important que les liens soient publiés plusieurs fois parce que les lecteurs ont chacun l (...)

20L’individualisation et la personnalisation des logs n’effacent pas les structures de traitement collectif de l’information hérité de Usenet. « Repeating links is good because no two readers follow exactly the same set of logs, and repetition helps to emphasize the best articles.33 » Se passer des liens de mains en mains est une autre façon d’écrire « à plusieurs mains » tout en créant de l’hypertexte (au sens de Genette comme de Nelson). Ainsi, la redondance que l’on dénonce souvent dans les surfblogs est en fait une des modalités essentielles, non seulement de l’écri-lecture du blog, mais aussi de la possibilité pour l’information de circuler et de prendre de la valeur en se répétant, comme en témoigne l’intérêt accordé ces dernières années à la viralité comme processus culturel et économique majeur.

21Exemple conclusif : en 1999, un autre pionnier du blog, Peter Merlhoz, fait un jeu de mot fondateur sur son site personnel peterme.com : il crée l’expression « we blog » en faisant glisser une lettre d’un terme (web) à un autre (log). Le néologisme « blog » s’imposera et restera lié à cette double personne du je (peterme) et du nous.

  • 34  Clay Shirky, Here Comes Everybody : The Power of Organizing Without Organizations, New York, Pengu (...)
  • 35  Lawrence Lessig, op.cit.

22Ainsi, l’émergence d’une persona plurielle est fondamentale : son appropriation de la culture web dans l’écri-lecture fournit un prototype du genre blog. Sur Usenet, l’autoréférence et la réflexivité permettent aux premières communautés d’utilisateurs des médias sociaux de s’identifier culturellement en s’appropriant les outils de traitement collectif de l’information, ou « filtrage collaboratif34 ». Sur le Web, les surfblogs, acteurs majeurs de la culture Read/Write35, perpétuent le passage de l’identification « log » à l’expression « blog » comme modèle expérimental de référence et de diffusion d’information sur le réseau.

23En définitive, pourquoi avoir parlé de « mauvais genre » à propos des surfblogs ? Parce que ces blogs problématisent de manière transversale et décalée plusieurs notions généralement attachées à la définition la plus répandue du genre blog. Tout d’abord, la notion du « contenu original » : les surfblogs thématisent l’idée que l’information n’est jamais créée de rien, mais qu’elle est en circulation et en appropriation permanente. Ensuite, celle de « personne auctoriale » : les surflbogs mettent en jeu une persona collective et distribuée. Enfin, celle de réputation : les surfblogs déplacent la question de la réputation de l’auteur vers celle de la réputation de l’information, des contenus communiquant et se propageant via les métatechnologies de l’Internet social. Un retour sur l’histoire de la formation des blogs montre que le surfblog, s’il ne correspond pas à la définition du genre la plus répandue, constitue en fait un de ses prototypes les plus actifs, travaillant la dimension métaréflexive de la culture de réseau.

Post-scriptum

  • 36  Rudolf Ammam, « Jorn Barger, the NewsPage Network, and the Emergence of the weblog Community », da (...)

24Un article de Rudolf Ammam écrit à l’occasion de la conférence ACM Hypertext’09, et dont je ne prends connaissance qu’après rédaction de ce texte, défend la même hypothèse qu’une filiation entre Usenet et le genre blog existe via la figure fédératrice de Jorn Barger. Je renvoie à sa lecture, sa documentation historique exhaustive, ainsi qu’aux débats soulevés par cette hypothèse dans la communauté des pionniers du blog36.

Haut de page

Notes

1  Évelyne Broudoux, « Outils informatiques d’écriture et de lecture », dans Brigitte Chapelain (dir.), Écritures en ligne : pratiques et communauté, université de Rennes 2, CERCOR (CERSIC), 26-27 septembre 2002.

2  Tzvetan Todorov, « L’origine des genres », dans La Notion de littérature et autres essais, Paris, Seuil, 1987, p. 27-46.

3  La terminologie genettienne, maintes fois convoquée pour les analyses du texte numérique en réseau, nous sera encore très utile, d’autant plus que la catégorie hyperonymique qui les inclut, l’hypertexte, est décrite fort à propos par Genette comme jeu, voire comme bricolage, notions riches de sens pour notre matériau (Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, p. 556).

4  Geert Lovink, Zero Comments, New York, Routledge, 2008.

5  Laurence Allard, « Termitières numériques : les blogs comme technologie agrégative de soi », Multitudes n° 21 : « Postmédia, réseaux, mise en commun », 2005, p. 79-86.

6  Ceci Moss et John Michael Boling, « General Web Content : tumblr blogs », Rhizome, 26 janvier 2009, http://rhizome.org/editorial/2386, consulté le 19 avril 2010.

7  Billet de l’auteur sur le micro-blog cpb.tumblr, 31 décembre 2008, http://cpb.tumblr.com/post/67661206, consulté le 19 avril 2010.

8  Martin Ramocki, « Surfing Clubs : organized notes and comments », communication donnée à la conférence NSCAD : « Obsolescence and the Culture of Human Invention », Halifax, 28 mai 2008.

9  On se référera au réseau NN de marque-pages Delicious (http://delicious.com/network/nastynets/), mais aussi à quelques autres surfing clubs affiliés, comme « Supercentral », « Spirit Surfers », « Club Internet », « Double Happiness », « Loshadka »…

10  Olia Lialina, « Vernacular web », version illustrée en ligne d’une communication donnée à la conférence Decade of Web Design, Amsterdam, 21-22 janvier 2005, http://art.teleportacia.org/observation/vernacular/ ; « Vernacular web 2 or rich user experience for the poor », communication donnée à la conférence New Network Theory, 28-30 juin 2007, http://contemporary-home-computing.org/vernacular-web-2/, consulté le 19 avril 2010.

11  Le net art considère le surf et les collections issues de cette pratique comme une forme fondamentale du remix culturel qui remet en question les frontières entre art et non art. Alexei Shulgin est un des premiers artistes de net art à s’essayer à une cérémonie de remise des prix au profit de pages personnelles d’amateurs sans lien direct avec le net art (http://www.easylife.org/award/). Dans le cercle de NN et Rhizome, Cory Arcangel et Michael Bell-Smith reprennent le flambeau dans la série « Year in the Internet » en 2005 (http://www.burncopy.com/bestoftheweb.html), et 2006 (http://www.burncopy.com/year_in_the_Internet_06.html), continuée par Paddy Johnson sur ArtFagCity (http://www.artfagcity.com/2009/01/05/best-of-the-web-2008-contributors-choice-part-one-of-six/).

12  Travis Hallenbeck, 30 octobre 2007, http://nastynets.com/?p=1187, consulté le 19 avril 2010. Le nombre élevé de commentaires, inhabituel sur NN, marque le resserrement de la communauté autour de questions autoréférentes (comment se définir ?).

13  Pascal Froissart, « Les images rumorales. Une nouvelle imagerie populaire sur Internet », Médiamorphoses, n° 5, juin 2002, p. 27-35.

14  Howard Rheingold, Smart Mobs, Cambridge (Mass.), Basic Books, 2002.

15  Antoine Compagnon, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

16  Steven Johnson, Interface culture, New York, Basic Books, 1997.

17  Emmanüel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, 2003.

18  « La première est obscure aux yeux de beaucoup (Usenet) ; on atteint la seconde avec l’omniprésence du blog. » Lawrence Lessig, Remix. Making Art and Commerce Thrive in the Hybrid Economy, New York, Penguin Press, 2008, p. 57.

19  Geert Lovink, op. cit., p. 6.

20  Dans ce système utopique, l’inventeur de la notion d’hypertexte en réseau numérique imagine des « liens à double-sens » autorisant et donnant accès à des contenus documentaires. Cf. les notions de « Two-way links » et de « transcopyright » sur le site du projet Xanadu, http://xanadu.com/nxu/.

21  Howard Rheingold, op. cit.

22  « Il y a plus de 10 000 groupes et encore davantage de listes de diffusion et de pages web, et même si on le voulait, on ne pourrait pas tout lire. En revanche, on peut suivre ABOI et connaître la résolution dramatique des “flame wars”, les erreurs désolantes des néophytes, les propos plein d’esprit et autres articles qu’une audience plus large pourrait trouver intéressants. », James Anatidae, « alt.best.of.Internet Frequently Asked Questions », 20 août 2003, http://groups.google.com/group/alt.best.of.Internet/browse_frm/thread/1f2940483596bff4/a2850bc3b4b61f2f?q=alt.best.of.Internet#a2850bc3b4b61f2f, consulté le 19 avril 2010.

23  « “Alors c’est ça le meilleur de Usenet ?” “Oui, ça fait peur, hein ?” ». Fil de messages sous le sujet intitulé « I See », 6 mai 1993, http://groups.google.com/group/alt.best.of.Internet/browse_frm/thread/522e95eb9e78bcef#, consulté le 19 avril 2010.

24  Christopher Kelty, Two Bits : The Cultural Significance of Free Software and the Internet, Durham, Duke University Press, 2008.

25  Steven Johnson, op. cit., p. 35.

26  Geert Lovink, op. cit.

27  La création de groupe étant soumise au vote. « Proposal : alt.best.thoughtful », 2 avril 1994, http://groups.google.com/group/alt.best.of.Internet/browse_thread/thread/f49407582c49ec8d/b4b74cbdb783f9df?, consulté le 19 avril 2010.

28« La sélection des liens dans mon blog est ultra-filtrée, afin d’exprimer mes goûts personnels ». Courriel à l’auteur, 30 avril 2009.

29  Ce n’est pas une coïncidence si le modèle du genre apparaît sur le site de l’inventeur du navigateur, Marc Andress, selon Barger, dans FAQ weblog Resources, http://web.archive.org/web/20000817093828/http://www.robotwisdom.com/weblogs/, consulté le 19 avril 2010.

30  Laurence Allard, op. cit.

31  Brigitte Juanals, « Métaphores de l’accès à l’information des Lumières au numérique : l’exemple des outils de recherche sur Internet », dans Les recherches en information et communication et leurs perspectives : histoire, objet, pouvoir, méthode, Rennes, Société française des sciences de l’information et de la communication, 2002, p. 50-56.

32  Évelyne Broudoux, op. cit.

33  « Il est important que les liens soient publiés plusieurs fois parce que les lecteurs ont chacun leur parcours, et la répétition des liens permet de mettre en valeur les meilleurs articles. » Jorn Barger, op. cit.

34  Clay Shirky, Here Comes Everybody : The Power of Organizing Without Organizations, New York, Penguin Press, 2008.

35  Lawrence Lessig, op.cit.

36  Rudolf Ammam, « Jorn Barger, the NewsPage Network, and the Emergence of the weblog Community », dans HT’09 : Proceedings of the twentieth ACM conference on hypertext and hypermedia, 2009, http://tawawa.org/ark/p/jorn-barger-community.html, consulté le 19 avril 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le tableau de commandes de l’administrateur d’un microblog sur Tumblr (ici, avec l’avatar de l’auteur).
URL http://itineraires.revues.org/docannexe/image/2032/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 2 – Capture d’écran d’une série de « reblogs » à partir du dashboard7.
URL http://itineraires.revues.org/docannexe/image/2032/img-2.png
Fichier image/png, 77k
Titre Fig. 3 – Un billet de Nasty Nets citant un article polémique sur la mode des surfblogs dans le Net Art accompagné d’une image .gif référant au symbole du blog, le surfeur.
Légende En ligne, ces deux éléments sont animés grâce au tag <marquee>, une des fonctions HTML favorites des membres de NN12.
URL http://itineraires.revues.org/docannexe/image/2032/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Paloque-Berges, « Méta-Internet : les surfblogs sont-ils de mauvais genre ? », Itinéraires, 2010-2 | 2010, 121-129.

Référence électronique

Camille Paloque-Berges, « Méta-Internet : les surfblogs sont-ils de mauvais genre ? », Itinéraires [En ligne], 2010-2 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://itineraires.revues.org/2032 ; DOI : 10.4000/itineraires.2032

Haut de page

Auteur

Camille Paloque-Berges

Université Paris 8 – Paragraphe

Haut de page
  • Logo Pléiade
  • Logo Université Paris 13
  • Revues.org